Versions d'essai gratuites piur particulliers
 Versions d'essai gratuites pour enterprise

Etude Kaspersky Lab France et OpinionWay sur les Français de 25 - 30 ans « Connectivité permanente et nouvelles pratiques : quelles conséquences sur l’attractivité de l’entreprise ? »

26 févr. 2013
Actualités Business

Rueil Malmaison, le 25 février 2013 – Kaspersky Lab, éditeur reconnu de solutions de sécurité informatique, et OpinionWay présentent une nouvelle étude menée sur les pratiques informatiques des 25-30 ans. Plus connectés que jamais, y compris en situation de mobilité, et considérant les réseaux sociaux comme des outils de travail à part entière à près de 50%, ces jeunes actifs présentent avant tout une nouvelle vision du cadre et des outils professionnels, plus perméable aux incursions de la vie privée. 

L'arrivée de la génération Y sur le marché du travail soulève bien évidement des questions sur les thèmes inhérent à l’entreprise dont le recrutement, la gestion du temps et la sécurité informatique notamment. Ces jeunes, âgés de 25-30 ans, se distinguent par le fait d’être connectés en permanence, adeptes des réseaux sociaux et des nouvelles technologies mobiles. Les dirigeants et managers ne peuvent plus nier le fait qu’ils ont un besoin de connectivité accru et ont leur propre vision sur les outils que l’entreprise devrait être capable de lui fournir.

Ainsi, selon la dernière étude réalisée par OpinionWay en collaboration avec Kaspersky Lab, le principal enjeu n'est étonnamment pas le travail à domicile mais les frontières de plus en plus floues entre vie privée et vie professionnelle. Pour 46% de la génération Y en effet, les réseaux sociaux sont un outil de travail à part entière, et les ordinateurs et tablettes fournis par l'entreprise servent quotidiennement à surfer sur internet à titre personnel, si bien qu'il en devient difficile de déterminer le temps de travail quotidien.

Une génération connectée en permanence

Les chiffres de cette étude parlent d’eux-mêmes :

  • Près de la totalité des sondés  utilisent une boîte mail personnelle
  •  81% d'entre eux se connectent à Facebook.
  •  Loin de limiter l'usage de ces sites à leur domicile, 60% d'entre eux utilisent les réseaux sociaux et leur messagerie personnelle en situation de mobilité, et 57% d'entre eux depuis leur entreprise.
  • Ils se connectent en moyenne 6,4 fois par jour aux réseaux sociaux, Facebook en tête, depuis leur travail, avec une fréquence quasiment identique en situation de mobilité (6,3) ou depuis leur domicile (7,4).

Les réseaux sociaux, un outil de travail à part entière pour beaucoup

De plus, les usages de ces réseaux sociaux sont eux-mêmes ambivalents : s'ils sont clairement utilisés à titre personnel, près d'un jeune sur deux les considère également comme des outils de travail à part entière. Parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures, ce chiffre est encore plus important que pour les autres catégories socioprofessionnelles d’actifs : ils sont plus de 50% à leur accorder ce statut.

Vie professionnelle, vie privée : des cadres flous

Difficile pour la génération Y de définir où commence la vie professionnelle et où s'arrête le cadre privé, le lieu de travail lui-même n'étant pas toujours clairement délimité. Si on considère plus particulièrement les actifs 54% d'entre eux déclarent travailler depuis leur domicile, seuls 13% souhaitent qu'il devienne leur lieu de travail exclusif. Parmi ceux qui s’expriment, une solution mixte est préconisée par 53% d'entre eux, confondant davantage vie professionnelle et vie privée et augmentant le nombre d'outils de travail comme les situations de mobilité.

Les usages informatiques liés aux sphères personnelle et professionnelle sont si étroitement mêlés qu'il leur est difficile de déterminer leur temps de travail quotidien. Pour les actifs interrogés 16% d'entre eux n’ont tout simplement pas en mesure d'estimer le nombre d'heures passées à travailler chaque jour, au sein de l'entreprise ou à domicile.

La vie privée ne s'arrête pas au travail, qu'importent les règles

On peut noter une claire incursion de la vie privée au travail : 44% des jeunes actifs de 25- 30 ans utilisent les ordinateurs fixes et portables, les tablettes et/ou les smartphones fournis par leur entreprise pour surfer sur internet à titre personnel, le chiffre étant plus important à mesure que le niveau d'études augmente.

Pour ce faire, les limites posées par l'entreprise peuvent souvent être violées : s'ils déclarent à 80% être d'accord pour travailler dans une entreprise qui interdit l'usage des réseaux sociaux, 44% d'entre eux avouent également avoir déjà outrepassé les règles de sécurité de leur entreprise ou pourraient le faire si l’occasion se présentait.

En bref, selon André Perret, auteur de Travailler avec les nouvelles générations Y et Z aux éditions Studyrama en 2012 : « Un nouveau regard sur l'entreprise transparaît de l'enquête Kaspersky Lab. On y distingue le passage d'une organisation aux codes et aux règles très claires à un lieu "ouvert" et mouvant, connecté en permanence au monde extérieur (réseaux sociaux, mobiles, sms, mails...), avec une remise en cause progressive de la relation au temps."

Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France souligne  "Cette étude permet de mettre en avant des nouveaux usages et comportements que l'entreprise rencontrera, ou rencontre déjà. L'ouverture vers l’internet, qui ne se limite d'ailleurs pas aux 25-30 ans, change l’approche nécessaire de la sécurité et de la protection des données, puisqu’elle crée de nombreux ponts entre l’intérieur et l’extérieur. Et, comme dans tous les secteurs d’activité, tous les métiers, en matière de sécurité informatique, il convient souvent de respecter des règles simples pour éviter une très grande majorité des risques. La sécurité informatique est certes un domaine complexe, qui touche tous les étages de l'entreprise, mais qui peut-être abordée à travers des solutions de plus en plus simples et des bonnes pratiques."

Cette étude a été menée en ligne en janvier et février 2013 par OpinionWay pour Kaspersky Lab sur 1001 Français de 25 à 30 ans, sur la base d’un échantillon représentatif des Français en termes de sexe et de régions.

  PARTAGER