Rapport : combler l’écart entre les sexes dans le domaine de la cybersécurité

Projet spécial

Alors qu’un manque de talents flagrant se fait sentir et que 1,8 million de postes du domaine de la cybersécurité n’auront pas trouvé preneur en 2022, l’industrie de la cybersécurité fait maintenant face à l’une des parties les plus évidentes du problème : la sous-représentation des femmes dans l’industrie.

Il se trouve que dans l’un des domaines les plus populaires et dynamiques au monde, seuls 11 % des professionnels sont de sexe féminin. Il n’en faut pas plus pour se mettre à chercher des solutions, et Kaspersky Lab a donc réalisé une étude pour en savoir plus sur les obstacles aux carrières dans la cybersécurité pour les femmes.. Ce sujet est complexe et comporte de nombreuses facettes : nous n’attendions donc pas de réponse simple. En tant qu’entreprise de cybersécurité, nous n’allons pas non plus étudier tous les facteurs sociologiques variés et parfois tendus qui peuvent entrer en jeu.

Soyons clairs : la brèche n’est pas liée au genre. Nous avons découvert que les jeunes femmes ont les capacités pour entrer dans l’industrie et qu’elles ont tendance à avoir des opinions positives sur le rôle de la cybersécurité dans la société. Cependant, elles ne poursuivent pas de carrières dans la cybersécurité et nos recherches ont déterminé deux causes importantes : l’orientation pédagogique et le manque de modèles.

Éducation

Les jeunes personnes ont tendance à planifier leurs carrières bien avant leur première recherche d’emploi, et cela influence le choix des matières qu’ils étudient.

Nous avons remarqué que les garçons sont beaucoup plus susceptibles que les filles de choisir les mathématiques (49 % contre 36 %) et l’informatique (21 % contre  7 %) en tant que matières favorites. Ces domaines sont les bases communes pour une carrière dans la cybersécurité –  en réalité, 57 % des femmes que nous avons interrogées ont cité l’absence d’expérience dans le codage en tant que raison de ne pas avoir choisi la cybersécurité en tant que carrière.

Aider les filles et les jeunes femmes à approfondir leur intérêt naturel pour ces matières fondamentales, c’est quelque chose qui peut commencer à l’école et à la maison. Janice Richardson, conseillère principale auprès d’European Schoolnet, l’affirme :  » les écoles ont un grand rôle à jouer et la cybersécurité ne sera attractive en tant que carrière que quand les jeunes gens seront capables de comprendre totalement ce à quoi elle correspond et les défis stimulants qu’elle offre.  »

Richardson souligne que très tôt, trois parents sur quatre manquent d’informations pour guider les choix de leurs enfants pouvant les mener ou non vers une carrière dans la cybersécurité. Elle affirme qu’il est aussi critique des lutter contre les idées toutes faites des hommes, des médias et du public général sur les stéréotypes et les professions  » appropriées  » pour les filles.

Si les parents, les professeurs et les écoles trouvent des opportunités pour guider les jeunes élèves vers des matières de base dont ils ont tendance à s’éloigner, l’industrie pourrait en bénéficier pour capter leur attention avant qu’il ne commence à faire des choix de carrière. Pour les jeunes femmes que nous avons interrogées, l’âge moyen est juste avant 16 ans.

Modèles

Le manque cruel de modèles ou figures d’influence féminines est un poids pour l’industrie. 69* % des jeunes affirment n’avoir jamais rencontré quelqu’un qui travaille dans l’industrie de la cybersécurité, et seuls 11 % ont rencontré une femme travaillant dans l’industrie. Il est clair que cette disparité n’est pas sans effets. Après avoir rencontré une femme qui travaille dans la cybersécurité, 63 % des femmes ont une opinion plus positive du secteur.

Cela peut avoir un effet boule de neige ; moins de femmes dans le secteur, c’est moins de femmes qui sont intéressées par celui-ci. Bien que l’éducation soit bien entendu un facteur, Jacky Fox, directeur de Deloitte’s de Cyber Risk, souligne que ce n’est pas <em>la</em> clé. Un candidat qui a un profil technologique est un avantage, mais l’importance de l’inclusivité sur le lieu de travail ne peut pas être ignorée.  » Pour qu’un groupe ne se sente plus en minorité, il doit dépasser les 30 %… La culture des « brogrammers » et le langage au style militaire peuvent repousser les femmes. Nous faisons attention à ce que nos campagnes de recrutement soient neutres en ce qui concerne le genre. Quand j’ai commencé dans ce milieu, il n’y avait que peu de modèles de femmes. À Deloitte Irlande, notre cyberéquipe en compte 30 % « .

Et voici l’autre côté de la pièce : les femmes qui sont déjà dans l’industrie peuvent en attirer d’autres en promouvant la connaissance de la cybersécurité comme un choix de carrière vibrant et en agissant en tant que modèle ou en guidant les plus jeunes.