Explication : contrats intelligents, Ethereum, ICO

20 Oct 2017

L’investissement dans les projets financés par les monnaies chiffrées est plus fort que jamais, et l’absence presque totale de succès ne semble pas amoindrir les espoirs des investisseurs. En 2017, année qui est encore loin d’être achevée, plusieurs ICO (initial currency offering : offres de monnaie initiales) de projets ont déjà collecté près de 1,7 milliard de dollars.

Il n’y a pas beaucoup de projets réussis dont on puisse parler, mais les investisseurs restent optimistes et les monnaies chiffrées comme Ethereum peuvent peut-être expliquer pourquoi.

Prix et capìtalisation du top 5 des monnaies chiffrées. Source

 

Comme vous pouvez le voir dans le tableau de capitalisation ci-dessus, Ethereum est deuxième loin derrière Bitcoin, mais se démarque nettement des autres monnaies alternatives. En juin 2017, cet arriviste a presque dépassé le puissant Bitcoin. Qu’est-ce qui rend Ethereum si spécial et pourquoi est-il au cœur de la majorité des ICO de cette année ?

L’idée ​​d’Ethereum

Du point de vue d’un utilisateur, Bitcoin n’est rien d’autre qu’un système de paiement : les utilisateurs transfèrent de l’argent entre eux et c’est tout. Ethereum va au-delà de la simple structure de système de paiement en donnant aux utilisateurs la capacité d’écrire des programmes basés sur les portefeuilles.

Ces programmes peuvent recevoir de l’argent de portefeuilles automatiquement et décident combien dépenser et où, avec une condition importante : chaque programme fonctionne de la même manière pour tous les utilisateurs. Les programmes agissent conformément à des principes connus qui sont prévisibles, égaux, transparents et non modifiables. Il y a deux types de porte-feuilles Ethereum : ceux gérés par des personnes et ceux exécutés par des programmes de manière autonome.

Les programmes, aussi appelés contrats intelligents, sont inscrits dans la blockchain. Ainsi, un contrat est stocké pour toujours, tous les utilisateurs en ont des copies et il est exécuté de la même manière pour tous les participants au réseau qui l’utilisent.

L’innovation a étendu le champ d’application des monnaies de blockchain de manière significative.

Exemples de contrats intelligents

Quels programmes peuvent être écrits ? Ceux que vous souhaitez. Prenez par exemple une pyramide financière. Le contrat intelligent d’une pyramide pourrait utiliser les règles suivantes :

  1. Si la somme x vient de l’adresse du portefeuille A, l’enregistrer.
  2. Si ensuite, la somme y > 2x arrive de l’adresse B, envoyer 2x d’argent et inscrire la dette au participant B.

Et ainsi de suite pour chaque utilisateur et transaction suivante. De manière facultative, une règle pourrait envoyer 5 % de tout l’argent entrant à l’auteur d’un contrat intelligent.

Et qu’en est-il des ventes aux enchères ?

  1. Si la vente n’est pas terminée, inscrire les adresses et les montants enchéris de chaque participant.
  2. Quand la vente est terminée, sélectionner l’enchère maximale, annoncer le gagnant et rendre tous les autres montants.

Des combinaisons infinies d’autres entités ou applications sont possibles : des portefeuilles avec des propriétaires multiples, des instruments financiers, des paris à placement automatiques, des sondages, des loteries, des jeux, des casinos, des notaires, et plus.

Grâce au blockchain, tout le monde peut s’assurer que personne ne triche : tout le monde voit le code du programme et peut le voir fonctionner exactement comme il est écrit. Il ne prendra pas la fuite avec l’argent de quelqu’un et ne mènera personne à la faillite (en supposant bien sûr qu’il n’y a pas de bogues ou de gremlins dans le code).

Limitations des contrats intelligents

Les contrats intelligents ont cependant des limitations importantes. En voici quelques-unes :

  1. Il est très difficile de produire des numéros aléatoires dans un programme basé sur la blockchain, ce qui affecte les loteries.
  2. Il n’est pas facile de cacher certaines informations dans la blockchain, comme les participants à une vente aux enchères et les montants enchéris. La blockchain a été conçu à des fins de transparence, et cela représente parfois un désavantage.
  3. Si le contrat demande des informations qui manquent dans la blockchain (par ex. le taux de change actuel d’une devise particulière), vous devez faire confiance à la personne qui ajoute cette information à la blockchain.
  4. Pour interagir avec les contrats, les utilisateurs ont besoin <em>d’ethers</em> — la monnaie interne d’Ethereum. Les utilisateurs qui n’ont pas de portefeuilles ne peuvent pas participer aux sondages ou aux autres activités basées sur Ethereum.
  5. Les contrats intelligents fonctionnent lentement. Il n’est possible que de réaliser 3 à 5 transactions par seconde à travers le monde – en tout, pas par participant.
  6. Toute erreur dans un contrat intelligent y reste pour toujours. La seule manière de corriger une erreur, c’est de passer à un autre contrat intelligent. Cependant, cette option doit être incluse dans le programme initial, et c’est rarement le cas.
  7. Les contrats intelligents peuvent être congelés ou cesser de fonctionner simplement parce que le code du programme est trop compliqué à comprendre et que les utilisateurs ne seront pas capables de dire exactement ce que le code fera.

Un contrat intelligent simple d’Ethereum. Pouvez-vous voir l’erreur qui permet de voler tout l’argent ? La plupart des gens ne la voient pas.

 

Enfin, beaucoup de choses dépendent des capacités des auteurs des contrats intelligents.

L’utilisation principale des contrats intelligents

Pyramides, sondages, casinos, loteries… que de belles choses ! Cependant, ce que les contrats intelligents ont vraiment simplifié, c’est la levée de fonds de style IPO.

Tout d’abord, un contrat intelligent vous permet d’automatiser la comptabilité. Les fichiers du contrat montrent combien d’argent entre et de la part de qui, calcule et distribue des  » parts  » et permet à chaque participant de transférer et vendre ces parts.

Ensuite, il n’est pas nécessaire de se compliquer la vie avec des adresses e-mail, des cartes de crédit, des vérifications de cartes, des autorisations des investisseurs et autres.

Enfin, tout le monde peut voir combien de parts ont été émises et réparties entre les participants. La blockchain protège les participants en empêchant que les propriétaires du projet n’émettent des parts supplémentaires en secret ou que quelqu’un ne vende une part à plusieurs personnes différentes.

 

ICO — initial coin offering

Le 1er janvier, un ether valait 8 $ et la valeur a atteint son pic (pour le moment) à 400 $ en juin. Les gains sont dus au grand nombre d’ICO détenus en tant qu’offre initiale de parts dans des start-ups. Le désir de spéculer dans des projets a stimulé la demande des monnaies chiffrées – dans ce cas, Ethereum. Et ces projets pullulent désormais.

 

Tableau des prix Ethereum. Source

 

 

La start-up chiffrée typique suit ce schéma :

  1. Vous avez une idée, en général quelque chose lié à la blockchain ou aux monnaies chiffrées.
  2. Vous avez besoin d’argent pour décoller.
  3. Vous annoncez au public que vous acceptez des ethers en échange de parts (ou de jetons ou quoi que ce soit) sous forme de contrat intelligent.
  4. Vous communiquez au sujet de votre projet et obtenez la somme requise.

Le montant acquis se trouve généralement entre 10 et 20 millions de dollars, et la collecte peut prendre quelques minutes ou quelques jours. Typiquement, l’ICO est limité en matière de temps ou de quantité acquise, ce qui cause une frénésie d’alimentation.

Cette frénésie atteint parfois des proportions comiques. Par exemple, un projet ICO a rassemblé 35 millions de dollars en 24 secondes. Pour avoir des parts, des jusqu’au-boutistes d’un projet ont payé jusqu’à 6 600 $ de commission par transaction ; la demande élevée pour Ethereum et son débit faible ont multiplié les frais.

Le retour sur investissement chiffré

Ce qui se passe ensuite avec les jetons donnés aux investisseurs dépend du projet. On peut promettre de payer des dividendes sur les profits futurs, planifier d’accepter les jetons en paiement pour des services liés au projet… Un entrepreneur peut ne rien promettre du tout, comme le créateur de l’Useless Ethereum Token l’a fait en déclarant que personne n’aurait rien en retour et qui a tout de même récolté 100 000 $.

De manière générale, les jetons sont utilisés sur le marché des stocks chiffrés. Ceux qui ont raté l’ICO peuvent les acheter, habituellement à un prix plus élevé. Ceux qui ont participé à l’ICO dans le but de les revendre pour faire un profit peuvent les mettre sur le marché ou l’économie de l’offre et de la demande s’appliquent même si ce ne sont pas des produits. Cependant, l’une des différences est qu’il n’y a pas de réglementations dans l’industrie chiffrée ; il y a donc plein de manières louches de faire grimper les prix.

Comme je l’ai dit au début, il ne semble pas y avoir plus de raisons de se jeter sur la tendance de l’ICO que sur n’importe quel autre stratagème pour devenir riche, mais maintenant, vous comprenez la magie technologique qui se cache derrière tant d’excitation.