L’Internet volant : qui en a besoin et pourquoi ?

28 Juil 2016

La semaine dernière, Facebook a posté une vidéo du vol inaugural de son drone solaire Aquila. Le design de l’avion est conçu à partir d’une aile volante, et doté d’une envergure proche de celle du Boeing 737, recouvert de panneaux solaires.

Facebook Aquil vs Google Loon

En plus des panneaux solaires, le drone est équipé de piles qui servent de source d’énergie pendant la nuit. La structure est dotée de quatre moteurs électriques qui font tourner les hélices. Il contient également un ordinateur de bord qui contrôle la navigation de l’avion par le biais d’une trajectoire prédéfinie et est également en charge de la communication avec la tour de contrôle.

Pour contribuer à la construction légère du drone, il n’a pas de roues et décolle en utilisant une plateforme sur roues, poussée par un véhicule. En résumé, il ne peut transporter aucune charge lourde comme des passagers ou des marchandises. Après tout, il a été conçu pour une toute autre mission.

Son plus gros atout est sa capacité à voler durant de longues durées avant d’atterrir. Lors de son vol d’essai, Aquila n’avait pas atterri pendant plus de deux semaines. D’après les développeurs du projet, les drones commerciaux sont capables de planer dans les airs durant des mois, en atterrissant de temps à autre pour des questions de maintenance.

D’un point de vue technique, le drone est plutôt simple. Lorsqu’il se trouve dans les airs, il plane principalement grâce aux vents anabatiques tel un planeur sans moteur. La capacité solaire disponible est plus que suffisante pour faire fonctionner le drone constamment.

L’excès de puissance est utilisé pour faire marcher les éléments de « charge utile » à bord., tels que les capteurs météorologiques ou une caméra. Cependant, le véritable objectif d’Aquila est de servir de satellite volant très bas afin de fournir une connexion à Internet à des territoires ruraux isolés disposant d’une couverture de réseau nul ou faible. Tel un satellite, le drone de Facebook est connecté à la station terrestre, en utilisant un laser aérien, ainsi qu’à des périphériques clients, à d’autres drones, grâce à cette approche « relais » en pleine croissance, et accessible depuis la station terrestre la plus proche.

La différence entre ce drone et un satellite est l’altitude : en général, les satellites sont positionnés à des centaines de milliers de mètres au-dessus du sol. Le drone de Facebook quant à lui, ne plane qu’à une centaine de mètres. Cela signifie que les données sont échangées à un plus haut taux et pour moins d’argent. Pour faire simple, utiliser des satellites afin de fournir une connexion à Internet à des régions éloignées est aussi efficace que casser une noix avec un marteau, étant donné qu’elle est nécessaire pour plusieurs villages isolés dans la forêt tropicale, mais pas pour l’ensemble du bassin amazonien, ou le continent sud-américain.

Il grand temps de vous parler du projet Loon de Google qui a été mis en place pour placer des stations de relais sur des ballons stratosphériques. Comme pour les drones de Facebook, ils connectent les usagers entre eux et diffusent un accès à Internet via des connexions radio. Les ballons disposent de moins de mobilité, cependant ils sont statiques, par rapport au sol. Cela est rendu possible grâce à leur capacité de manœuvrer grâce aux vents anabatiques, et se gonflent/dégonflent légèrement pour ajuster leur altitude.

Ce travail est rendu possible par un ordinateur de bord, qui obtient des données nécessaires et pertinentes d’autres ballons stratosphériques. Ceci veut dire que le système est conscient des données du flux d’air et les utilise afin de garantir que le ballon soit toujours positionné sur une zone atmosphérique. Ce qu’il faut bien comprendre ici, c’est que la station de base n’est plus requise pour être statique : après tout, on peut accéder à la fois aux réseaux mobiles et Wi-Fi lorsqu’on se déplace. Si la distance n’excède pas plusieurs kilomètres, même un avion en mouvement ou un ballon serait « vu » par quiconque, même par une antenne à faisceau extrêmement étroite. Les ballons de Google, qui ont étaient présentés en essai en 2015, seraient capables de rester en suspension, sans se recharger, pendant environ 100 jours à 18km d’altitude.

Cependant, une question demeure en suspens : pourquoi les compagnies Internet, et non les opérateurs de réseau, s’en chargeraient-t-elles ? Après tout, il s’agit du travail de ces derniers de s’occuper de la couverture des réseaux. La vérité est telle qu’elle est. La plupart de la population des pays développés est déjà connectée à Internet, tandis que les zones rurales avec une faible couverture Internet représentent majoritairement des pays du tiers-monde qui manquent cruellement d’infrastructures, y compris des ressources telles que l’électricité. On peut toujours avoir du courant à l’aide d’un groupe électrogène, mais la disponibilité n’est pas continue.

Il va sans dire que les gens là-bas sont pauvres, et qu’aucun opérateur ne voudrait s’embourber dans un tel réseau, de peur que leur investissement massif ne soit jamais rentabilisé.

Comme pour Facebook et Google, ils ont besoin de ces personnes. Les entreprises peuvent maintenir la croissance future uniquement en acquérant de nouveaux utilisateurs et de ce fait ont besoin de nouvelles connexions. Par conséquent, puisque tous les utilisateurs des régions avec des hauts taux de couverture Internet sont déjà concernés, de nouveaux utilisateurs devraient commencer à être impliqués et devenir les nouveaux téléspectateurs de la publicité en ligne, devenant la principale source de revenu de ces entreprises.

Il est clair que les individus de l’autre côté de la  » fracture numérique » ne pourront pas se payer un abonnement à Internet. Mais finalement, ils ne paieront pas la télé, la diffusion TV étant en général gratuite, les chaines de télé promeuvent encore des produits, des services, des personnes et des idées, qui au final apportent un retour sur investissement dans les infrastructures de radiodiffusion et la création de contenu.

Imaginez un instant combien de données de milliards de nouveaux individus seraient disponibles aux compagnies Internet une fois que les utilisateurs commenceraient à profiter des réseaux sociaux et des moteurs de recherche ! Il s’agit principalement de l’idée de la vraie suprématie du monde. Si cela permet de concentrer le pouvoir global entre vos mains, en poursuivant cette idée dingue qu’est celle des inventions aériennes, cela semble être alors une approche productive.