#BionicManDiary, post nº1: comment une puce a été implantée dans mon corps !

27 Fév 2015

Je me suis réveillé avec un pansement sur ma main. Il recouvrait une petite plaie située entre le pouce et l’index. Et c’est là que j’ai eu un moment de réflexion. Où étais-je hier et que m’était-il arrivé ?

FB

Lentement, plusieurs séquences de souvenirs ont commencé à me revenir à l’esprit : des flashs, l’odeur âcre de l’antiseptique, et un homme tatoué avec un injecteur spécial.

 » Eh bien, il n’y a pas de retour possible. Tu voulais changer le monde, alors fais-le !  » ai-je pensé. Et je me suis retrouvé en quelques secondes avec une biopuce NFС sous la peau.

Oui, pour Hollywood, c’est sensé se passer comme ça :

 

En réalité, ce n’est pas si facile, et ce fut ma première découverte lors de cette expérience. Pour implanter une puce, il faut un injecteur spécial ayant une aiguille de 3 mm. C’est aussi très douloureux.

Il n’y a aucune anesthésie. Le ‘pierceur’ m’a fait un sourire radieux et m’a dit quelque chose comme  » ça ne vous fera pas mal si vous n’êtes pas trop douillet. On y va !  » Et avant même de réaliser ce qu’il venait de me dire, la puce était déjà injectée sous ma peau. Je pensais que j’allais entendre le bruit désagréable d’une aiguille d’acier réalisant l’opération.

implantator

L’opération a pris moins de 5 secondes. Pour ce qui est de la douleur, on pourrait comparer cela à une prise de sang (sur le bout de votre doigt, sur une veine de votre bras et dans votre postérieur, les trois en même temps !) Une anesthésie locale (au tout du moins du spray anesthésiant) serait donc la bienvenue pour la prochaine fois !

Car oui – il y aura définitivement une prochaine fois. Tout simplement parce que la liste de problèmes liés à cette technologie est infinie. Afin de résoudre la plupart d’entre eux, nous aurions besoin de développer une nouvelle génération de puces qui seraient améliorées suivant les commentaires des premiers porteurs.

Pour ceux qui n’étaient pas au courant : il y a quelques jours, lors de la conférence SAS 2015 (#TheSAS2015), où nous avons réuni les experts et les gourous en sécurité des technologies de l’information du monde entier, plusieurs employés de Kaspersky Lab se sont fait implanter une puce sous la peau.

Il y avait deux volontaires : Povel Torudd, chef du département PR de Kaspersky Lab Europe (@Povel) et moi-même (@cheresh).

che-leaving-2

À quoi ressemble une puce ? C’est un minuscule dispositif (12 x 2 mm) capable de stocker jusqu’à 880 bytes, et permettant à une personne d’interagir avec les technologies environnantes, y compris les smartphones et leurs applications, les ordinateurs portables, les serrures électroniques, les portiques des transports publics, ainsi que d’autres exemples du monde de l’Internet des objets.

La décision de se faire implanter une puce a été prise, comme à notre habitude, dans un pub où nous discutions de l’évolution d’Internet.

Je pourrais peut-être devenir le premier organisme cybernétique russe vivant à être soutenu par une énorme organisation qui a un très grand intérêt dans les résultats de cette expérience.

Povel et moi avons décidé de nous lancer dans cette expérience 3 mois avant #TheSAS2015. Ça s’est déroulé d’une manière très classique : nous étions dans un pub tout en discutant de l’évolution d’Internet, de ses avantages tout comme de ses nombreux inconvénients comme les technologies obsolètes toujours présentes. La meilleure formulation jamais offerte par Neal Stephenson dans  » Cryptonomicon « .

C’est tout simplement parce que les anciennes technologies sont universellement comprises par ceux qui ont besoin de les comprendre, qu’elles fonctionnent bien, et que  toutes les autres sortes de technologies électroniques et autres logiciels ont été conçus et testés pour fonctionner dans cette structure. Et pourquoi être à la recherche du succès, surtout quand vos marges de profit sont si petites qu’elles ne peuvent être détectées qu’en utilisant des techniques issues de la mécanique quantique, et tout problème de compatibilité avec ces systèmes obsolètes fera tomber votre entreprise dans les toilettes.

Par exemple, nous  utilisons depuis toujours les mots de passe pour nous authentifier, mais maintenant ils ne servent plus à rien- et tous les experts en sécurité de l’information le savent très bien.

Nous avons parlé jusque très tard dans la nuit et avons passé un accord. Nous avons décidé que nous devrions prendre position et changer le monde pour de bon, publiquement et de façon radicale, et démontrer cette innovation par nous-mêmes. Nous n’étions pas forcés, personne ne nous a demandé de nous implanter des puces et nous ne sommes pas payés pour participer à cette expérience. La raison est purement volontaire.

Je m’intéresse de près à la synergie entre les organismes vivants et les ordinateurs – synergie qui deviendra inévitable à l’avenir et qui fait de la bionique une branche très prometteuse de la technologie. Le problème est que malheureusement de nombreuses technologies sont développées en négligeant complètement leur sécurité et leur confidentialité.

Les exemples sont nombreux: Prenez par exemple, David Jacoby, un des chercheurs de Kaspersky Lab Europe, à qui il fallut très peu de temps pour pirater sa propre maison.

Cependant, une machine à café connectée ou une Smart TV ne peuvent évidemment pas être comparées à l’organisme humain. Je me suis donc engagé dans cette expérience à la fois pour comprendre les avantages de cette technologie et afin d’explorer ses inconvénients et ses vulnérabilités ainsi que pour conceptualiser des méthodes de protection et les développer pendant qu’il est encore temps.

Ce que je voudrais éviter plus que tout, c’est la possibilité que mes descendants soient un jour victimes de cybercriminels cyborgs – qui feront tôt ou tard leur apparition, comme l’indiquent de très sérieuses statistiques.

En théorie, cette expérience impliquant des puces se limite purement à l’imaginaire. Cette technologie pourrait être utilisée pour ouvrir des bureaux, des maisons ou des voitures, gérer des portefeuilles numériques, débloquer des appareils sans avoir besoin de mots de passe (puisque la puce elle-même peut être un identifiant). Si la technologie évolue significativement, les mots de passe pourraient tout simplement être amenés à disparaitre.

La puce peut également être utilisée comme un moyen de stockage de données personnelles critiques chiffrées, tels que des dossiers médicaux, une biographie, des données composant un passeport, etc. Il est évident que si l’une de ces informations est sur le point d’être découverte ou consultée, vous saurez qui y accède, quand et pourquoi – afin de protéger votre vie privée, bien sûr.

Pour ma part, j’ai défini cinq objectifs en rapport avec cette expérience:

  1. Comprendre à quel point il est confortable de transporter … un mini-PC sous votre peau, y compris une évaluation des sentiments subjectifs, physiques et du confort psychologique;
  1. Évaluer le potentiel de cette technologie, c’est à dire en cas d’utilisation réelle à court et long termes;
  1. Définir les inconvénients de la technologie, par exemple les défauts de facteur de forme, l’exposition aux menaces spécifiquement élaborées;
  1. Évaluer le niveau de dissonances juridiques, spirituelles et sociales;
  1. En bref, élaborer une FAQ très détaillée.

Je vous promets donc de m’impliquer pleinement et de répondre à toutes les questions que vous me soumettrez. Je pense que c’est l’objectif le plus important pour faire évoluer le sujet – nous allons donc argumenter et débattre, à une seule condition: le respect mutuel de toutes les opinions et d’apporter des faits pour argumenter votre point de vue. Autrement dit, la grossièreté et l’agressivité sont bannies.

Donc, comme dirait l’un de mes grands compatriotes, le premier cosmonaute, Youri Gagarine: « Poehali! ».

Le prochain post aura pour thème le choix du bon endroit pour implanter une biopuce, ainsi que ma première expérience avec l’auto-programmation.

Bien cordialement,

CHE

PS : Tous les articles du blog et les tweets peuvent être recherchés dans les réseaux sociaux via le hashtag #BionicManDiary.