Cinq façons de vous protéger : bienvenue dans notre centre de recherche européen

13 Mai 2015

Hier, mon endroit favori au sein de Kaspersky Lab – qui est sans auncun doute le laboratoire- s’est agrandi, puisque nous avons ouvert notre premier centre de recherche européen. Ce centre sera le QG des personnes en première ligne du front engagé dans la bataille contre les cybermenaces. Il sera aussi le siège des membres britanniques de la GReAT (Global Research and Analysis Team) de Kaspersky Lab comprenant l’équipe de recherche anti-malware et moi-même. Tout cela contribuera donc à mieux protéger les européens – et les utilisateurs du monde entier. Vous trouverez ci-dessous cinq raisons pour lesquelles notre laboratoire permettra de vous protéger :

Raison n°1. Analyser les malwares 24 heures sur 24

Il y a dix ans, les analystes de Kaspersky Lab basés à Moscou étaient habitués à travailler jour et nuit. Certaines équipes de nuit ont passé quelques soirées désagréables ; mais cela était bien évidemment nécessaire  pour s’assurer qu’une protection contre les nouvelles menaces puisse être déployée en quelques heures. Alors que de nouveaux centres de recherche ont vu le jour, ces tâches sont devenues redondantes.

L’ouverture de centres à Seattle et Pékin a permis à l’équipe anti-malware de Kaspersky Lab de faire face et de réagir face aux nouvelles menaces, sans avoir besoin de travailler toute la nuit. En fait, nos infrastructures sont pratiquement toutes automatisées et environ 99% des 325000 menaces détectées quotidiennement sont décelées sans le moindre effort humain. Cependant, des personnes doivent être présentes afin de faire face aux cas les plus complexes. Le fait d’avoir une équipe basée en Europe contribuera  à une réduction du temps de réaction face à la découverte de menaces locales.

Raison n°2. Agir de manière transparente

Comme nous le dit Alex Moiseev. Directeur général de Kaspersky Lab Europe, « nous sommes très tournés vers le public. À travers un mur de verre, vous pouvez voir ce que nous faisons – c’est ce qu’on peut qualifier littéralement de transparence. Nous ne cherchons pas à cacher à nos clients notre technologie ou bien nos processus d’action ».

Chez Kaspersky Lab, nous considérons que la question des cybermenaces doit être adressée à une échelle plus globale. Indépendamment de l’origine de la menace, la communauté experte en cybersécurité (et Kaspersky Lab en tant qu’éminent représentant de cette communauté) devrait être capable de rechercher la menace en question tout en s’assurant que tout le monde est informé et protégé. La partie importante de ce processus repose sur la coopération internationale entre les entreprises de sécurité (événement concurrents directs), les autorités chargées de l’application des lois, du CERT, etc…

Afin que cette coopération soit plus efficace, Kaspersky Lab tente d’étendre ses recherches dans le monde entier. Il y a tout juste un mois, nous avons eu la chance d’être présents lors de l’ouverture du Complexe Mondiale Interpol pour l’Innovation, à Singapour, et c’est maintenant à notre tour de développer une nouvelle infrastructure qui contribuera à lutter contre la criminalité informatique en Europe.

Raison n°3. Les grands esprits se rencontrent…. ensemble

Je ne peux qu’insister sur l’importance de la coopération et du partage de l’information au sein de notre industrie. Il est pertinent de coopérer entre les entreprises du secteur, mais cela est également valable pour les chercheurs « solitaires » faisant partie d’une entreprise de ce type. C’est d’ailleurs pourquoi il est souvent plus productif d’avoir des chercheurs assis ensemble dans une salle plutôt que des chercheurs séparés, communiquant entre eux par chat ou par téléphone.

Il est évident que si vous n’avez pas d’autres choix, les communications électroniques peuvent aider.  Cependant, quand ils sont ensemble, les analystes ont tendance à se rassembler afin d’attaquer  les cas les plus complexes ensemble. D’ailleurs, il est bon d’avoir un endroit dédié à cela.

Raison n°4. Diffuser le savoir

Les chercheurs de Kaspersky Lab font énormément de choses – et cela ne se limite pas aux analyses de malware. L’une des parties importantes de notre travail consiste à informer sur les menaces et à fournir une certaine éducation en matière de cybersécurité. Nous analysons ce qui se passe sur le terrain cybernétique, en tentant de prévoir le futur et de s’assurer que tout le monde y soit préparé.

C’est pourquoi nos clients sont les bienvenus au centre de recherche, où ils pourront discuter de leurs doutes et problèmes directement avec des experts. Ceci représente quelque chose de réellement significatif pour nos clients, comme nous avons pu le découvrir lors de notre soirée d’inauguration – l’un de nos experts, Marta Janus, a eu une tempête de questions techniques de la part des invités et a passé une heure à aborder chacune de ces questions.

Raison n°5. Sécurité et confidentialité supplémentaire

Nos experts sont incroyablement compétents lorsqu’il s’agit d’empêcher les criminels de se mettre en travers de nos processus de recherche. Cependant, une protection renforcée est nécessaire lorsque vous avez affaire à des malwares. Notre centre de recherche est équipé  de plusieurs mesures de sécurité physiques, telles qu’un contrôle d’accès et d’un serveur spécialisé pour exécuter les logiciels très spéciaux sur une infrastructure virtuelle– toutes essentielles.

Bonus

Comme notre premier jour dans notre nouveau siège était hier, il n’a pas encore été personnalisé (mais il le sera, croyez-moi). Cependant, quelques petites choses sont déjà en place et je suis curieux de voir, si vous êtes en mesure de les repérer dans ces photos.  Les premiers lecteurs capables de fournir les meilleures réponses aux questions suivantes se verront offrir quelque chose de sympa de la part de notre équipe de community managers. Il suffit de laisser vos réponses dans la section des commentaires ci-dessous – nous publierons les réponses correctes et le nom du gagnant dans quelques jours.

Question 1. Quels éléments de décoration sont déjà en place ?

Question 2. Quel livre avons-nous à portée de main pour nos chercheurs ?

Question 3. Pourquoi ces chiens sont-ils présents à la réception de notre bureau ? En quoi sont-ils liés à notre centre de recherche ?

Question 4. Quel logiciel fonctionne sur les quatre moniteurs du poste de travail de notre analyste?