Les passions selon Ashley Madison : les données des utilisateurs ont finalement été dévoilées

20 Août 2015

L’aventure imprévue entre Ashley Madison et un groupe de hackers s’est mal finie. Le 18 août 2015, les hackers ont publié en ligne près de 10 Gb de données volées. A présent, tout le monde peut les télécharger sur le darknet. Les fichiers contiennent notamment les adresses e-mails, les paiements par carte bancaire et même les profils de 32 millions d’utilisateurs inscrits sur le site Ashley Madison.

Récapitulatif des événements : Ashley Madison, le site de rencontres extraconjugales, s’est fait piraté en juillet. Les hackers ont accusé le site Web d’escroquerie et de fraude à la consommation. Ils ont exigé d’Avid Life Media (ALM), l’entreprise propriétaire d’Ashley Madison, qu’elle ferme plusieurs de ses sites Web. L’équipe d’ALM ayant refusé de céder, les pirates (qui se font appeler Impact Team) ont décidé de dévoiler la vie privée des clients d’Ashley Madison.

Nous avons expliqué l’imposture, la duperie et la stupidité d’ALM et de ses membres. A présent, tout le monde peut voir leurs données. Il faut savoir que le site Web est une arnaque, avec des milliers de faux profils de femmes. En regardant le faux procès intenté contre Ashley Madison, vous verrez que 90 ou 95 % des utilisateurs sont en fait des hommes. Peut-être que votre époux s’était inscrit sur le plus gros site d’aventures extraconjugales du monde, sans n’en avoir jamais eu une. Il aura juste essayé. Si ça peut avoir de l’importance.

Dommage pour ces hommes, qui ne sont que des ordures infidèles et qui ne méritent aucune discrétion. Dommage pour ALM, qui n’a pas tenu ses promesses de confidentialité…

Comme vous pouvez le constater, entre autres, les hackers affirment que la proportion d’hommes et de femmes inscrits sur le site était d’environ 6 contre 1. Est-ce que cela signifie que beaucoup d’entre eux n’ont pas eu d’aventure ?

Les données dévoilées intriguent déjà tout le monde, depuis les journalistes et les activistes, jusqu’aux personnes ordinaires. Par exemple, les curieux qui ont fouillé dans ces données ont découvert plusieurs adresses e-mail surprenantes. Apparemment, même des représentants gouvernementaux peuvent avoir envie de s’amuser. Quelqu’un a en effet découvert que l’adresse e-mail de Toni Blair figurait sur la liste. Toutefois, ALM ne vérifiant pas les adresses e-mails de ses utilisateurs, beaucoup d’entre elles pourraient être fausses.

Certaines découvertes peuvent impliquer de lourdes conséquences, comme un an d’emprisonnement. Comme le fait remarquer le Washington Post, l’adultère peut être un délit chez les militaires. Or, vous trouverez des milliers de comptes d’utilisateur sur Ashley Madison avec un nom de domaine .mil. En outre, ces découvertes peuvent également entraîner des conséquences dévastatrices pour les couples.

Ashley Madison a réagi vivement : Ce n’est pas de « l’hacktivisme », c’est un acte criminel, d’abord contre les membres d’AshleyMadison.com, et ensuite contre tous les libres-penseurs qui décident de s’engager dans des activités entièrement légales sur Internet.

 L’entreprise a promis de réagir et de continuer à coopérer avec les forces de l’ordre afin de démasquer les coupables. Pendant ce temps, les personnes concernées devraient vérifier si leurs adresses e-mails apparaissent dans les fichiers qui ont été publiés. Si c’est le cas, elles devraient essayer d’en atténuer les conséquences et de réfléchir à la question : est-ce que ça en valait la peine ?