#BionicManDiary, post nº5 – 10 réponses à la question : « A quoi vous sert la biopuce ? »

19 Juin 2015

Depuis l’instant où je me suis fait injecter une biopuce, vous me posez sans cesse les mêmes questions, presque Shakespeariennes : « Une fois que vous décidez de devenir un cyborg, en quoi votre vie quotidienne change-t-elle ? A quoi bon se moderniser soi-même ? »

Aujourd’hui, je pourrais facilement vous répondre de 1001 manières différentes. En effet, depuis cet instant, le nombre de cas d’utilisation que j’ai la possibilité d’explorer ne cesse de croître, jour après jour, de façon exponentielle. Laissez-moi partager avec vous les plus réalistes et les plus plausibles.

 01. Ouverture et verrouillage par le toucher

Il y a deux ans, je suis intervenu dans l’un de ces événements pour ingénieurs informatiques, où j’ai exposé très sérieusement la possibilité de se débarrasser complètement des clés de porte telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Après avoir réglé sa réservation, un client pourrait, grâce au Bluetooth ou à la technologie NFC de son smartphone, s’approcher d’une porte et l’ouvrir, tout simplement.

Pour animer un peu la discussion, j’ai parié une bouteille de cognac (il faut connaître son public, bien sûr !) sur la probabilité que l’industrie des HORECA soit la première à dire adieu à cette technique de sécurité rudimentaire. J’ai misé notamment sur les hôtels, affirmant qu’ils seraient capables de créer des clés électroniques, temporaires et uniques, sur les smartphones de leurs clients, au cours d’une réservation sur un site Web tel que Booking.com.

Après avoir réglé sa réservation, un client pourrait alors, grâce au Bluetooth ou à la technologie NFC de son smartphone, s’approcher d’une porte et l’ouvrir, tout simplement. La réception, qui sert actuellement d’intermédiaire, n’aurait alors plus raison d’être, et les hôteliers pourraient ainsi optimiser leurs coûts d’infrastructure.

Je ne parle même pas des avantages de cette approche pour les utilisateurs d’AirBnB qui, en général, affirment que le processus de remise de clé est l’étape la plus ennuyeuse.

Mon exposé a fait rire une partie du public, qui pensait que c’était n’importe quoi. L’autre partie, animée par l’espoir de gagner une bouteille de cognac, a admis que ce scénario pourrait se réaliser, mais dans un futur assez lointain (d’ici 20 à 30 ans). Il semble à présent qu’il y avait un autre groupe dans le public à avoir considérer sérieusement mon idée. En fait, j’ai reçu récemment un message du service clientèle de Starwood Hotels :

 

Je peux maintenant affirmer ce qui suit : moi, le premier cyborg professionnel de la planète, je me suis littéralement projeté ce matin dans le passé pour sauver John Connor, un chef en puissance de la résistance anti-machines, et pour sauver le monde de l’Apocalypse prédire le futur à un groupe de développeurs. Un futur où, grâce à une biopuce implantée dans votre main, vous n’avez plus besoin d’une clé  » réelle  » ou  » matérielle  » pour déverrouiller une porte. Une biopuce permet d’obtenir et de conserver des droits d’admission pour diverses serrures, que ce soit celles d’une chambre d’hôtel, d’une maison, d’un garage ou d’une voiture.

 02. Remplacement des passeports et des permis de conduire

Concrètement, qu’est-ce qu’un permis de conduire ? C’est un morceau de plastique qui peut facilement s’abîmer, avec une photo de son propriétaire recouverte d’hologrammes, et qui comporte son nom, son prénom, sa date de naissance, un numéro unique et les catégories de véhicules qu’il peut conduire.

Les agents de la sécurité routière ont depuis longtemps abandonné l’espoir d’empêcher toute falsification de permis ou de badges (aucun hologramme ne peut vraiment lutter contre ça). C’est pourquoi, dès qu’un véhicule est arrêté par la police, l’officier doit chercher le permis du conducteur et le certificat du véhicule dans une base de données afin de déterminer si le bout de plastique est un vrai ou un faux (et si son détenteur peut circuler).

A quoi ressemblerait toute cette procédure si une biopuce entrait en jeu ? L’officier présenterait par la vitre un lecteur, que je toucherais avec ma main, et voilà. En fin de compte, l’officier n’a pas besoin du morceau de plastique pour traiter l’information : il utilise le numéro du permis pour effectuer une recherche dans la base de données et vérifier que la photo qui apparaît correspond à la personne qui est devant lui. Peu lui importe où se trouve les renseignements d’identité, que ce soit sur un morceau de plastique rangé dans un portefeuille ou sur un bout de silicone placé sous la peau.

En outre, la puce présente d’autres avantages. Par exemple, les informations qu’elle contient sont chiffrées. Seul un officier en service, qui aurait été mandaté, pourrait lire et décrypter les données du conducteur. L’autorisation expirerait dès la fin du service de l’officier.

03. Carte de réduction universelle

L’une de mes amies est une véritable accro au shopping (nous connaissons tous quelqu’un comme ça, dont le nom est très souvent Julia). Son portefeuille ne peut pas contenir toutes ses cartes de réduction, c’est pourquoi elle se déplace avec un porte-carte supplémentaire, comme s’il s’agissait d’un Colt.

A quoi bon continuer d’augmenter le nombre de ces bouts de plastique inutiles ? Tout ce dont vous avez besoin, c’est un numéro d’identité de consommateur, qui peut être stocké sur une biopuce.

Les entreprises récompensent leurs clients fidèles, en fournissant beaucoup d’efforts pour développer divers programmes de réduction. Un consommateur frénétique reçoit ainsi un « merci » accompagné de bons dont la valeur est proportionnelle à celle de ses achats. Voici le problème : il y a beaucoup de magasins, et un seul consommateur pour tous.

A quoi bon continuer d’augmenter le nombre de ces bouts de plastique inutiles ? Tous les programmes de fidélité s’appuient sur la même chose, à savoir le numéro d’identité unique du client. Pour des raisons pratiques, le reste est stocké dans une base de données sur un serveur.

Si vous utilisez une biopuce pour stocker vos coordonnées personnelles, le scénario est beaucoup plus simple : dès que vous touchez le lecteur avec votre main, vous bénéficiez d’une réduction car la machine de la caisse vous reconnaît instantanément dans la base de données du programme de fidélité.

04. Portefeuille électronique avec des cartes bancaires

Eh bien, puisque je peux toucher les lecteurs avec ma main pourvue d’une biopuce, pourquoi ne pas payer instantanément grâce à elle ? Il est déjà possible de le faire en utilisant la technologie NFC.

Si tout fonctionne bien, dans l’une de mes vidéos #BionicManDiary prévues dans les prochains mois, je devrais être en mesure de prouver la possibilité de payer avec une biopuce dans un Starbucks. Si j’y parviens, j’essayerai de réaliser toutes mes opérations bancaires quotidiennes à l’aide de ma biopuce.

05. Dossier médical et certificat d’assurance

Contrairement à leurs promesses publicitaires, les compagnies d’assurance ne souhaitent jamais rien payer. L’activité commerciale des assurances s’appuie sur le résultat de calculs élaborés de probabilités, réalisés à partir de l’ensemble du dossier médial de l’assuré, auquel a accès l’assureur pour fixer les termes du contrat.

C’est pourquoi, et même s’il s’agit d’un simple programme de prêts immobiliers, une assurance demande toujours aux personnes de réaliser une visite médicale complète, et ce afin d’éviter dès le départ de délivrer des certificats d’assurance peu rentables. Vous savez bien de quoi je parle. Malheureusement, les bases de données médicales sont différentes selon tous les établissements de santé et les dossiers des patients sont souvent perdus, y compris dans des organismes de santé commerciaux. Par conséquent, il est presque impossible que le dossier médial du patient soit complet.

Personne n’en tire profit : ni l’assureur, ni le médecin, ni le consommateur. Une puce permet de stocker en permanence le dossier complet et détaillé du patient. Ce dossier comprend des informations concernant les maladies mineures dont a souffert le patient, les médicaments qui lui ont été prescrits et qu’il achète et consomme, les vaccins qu’il a reçus, les tests qu’il a passés (comme les prises de sang, les radios, les IRM), ainsi que tous les résultats qui en découlent.

L’utilisation d’une biopuce permettra, en premier lieu, de réduire considérablement le nombre de diagnostics erronés lorsqu’un patient consultera un nouveau médecin. En second lieu, cela permettra de diviser le coût des assurances et des services médicaux eux-mêmes, car les tests-doublons seront évités. Pour obtenir un certificat d’assurance, il suffira alors de passer sa main sur un lecteur.

06. Authentification sur les services en ligne (connexion par biopuce)

Par nature, les mots de passe ne sont pas faits pour les humains. Un ensemble de chiffres et de symboles qui doivent être changés régulièrement représente une solution convenable pour un ordinateur qui, après tout, « pense » ces symboles. Par contre, il est presque impossible pour des humains de créer régulièrement de nouveaux mots de passe uniques et sophistiqués pour chaque service.

De nombreuses entreprises essaient de résoudre le « problème des mots de passe ». Elles tentent soit de les éliminer en tant que tels, soit de faciliter le processus de connexion aux utilisateurs. Il est fort probable que vous utilisiez depuis longtemps déjà les  » connexions automatiques à Facebook/Twitter/etc. « . C’est très pratique, après tout.

Depuis que je suis devenu un #BionicMan, je me rends compte que je suis de moins en moins tolérant envers certaines choses. Par exemple, je ne partage plus facilement mes informations sur les applications et les services que j’utilise, ni celles relatives aux personnes avec qui j’interagis ou à la fréquence à laquelle j’utilise Facebook, etc.

A l’heure de l’ère de l’Internet des Objets, la prolifération de telles fonctionnalités d’autorisation me pousse de plus en plus à accepter que Facebook, Twitter et Google s’immiscent dans ma voiture et ma maison intelligente, voire dans ma vie privée. La tâche de devoir constamment créer et changer des mots de passe sécurisés pour les frigidaires, les télévisions, les machines à café et autres applications représente un véritable rocher de Sisyphe, et nulle personne, en possession de toutes ses facultés, ne serait enclin à l’accomplir volontairement.

D’un côté, je comprends que Facebook/Twitter/Google/Yandex aient besoin de mes données pour fonctionner ; mais de l’autre, je trouve que leur besoin est un peu discutable. Curieusement, toutes ces entreprises sont convaincues que faciliter les processus d’autorisation justifie un accès illimité à mes données personnelles.

Ce n’est cependant pas le cas. Je préférerais (et je suis sûr que de nombreuses personnes « connectées » seront d’accord avec moi) pouvoir utiliser l’option « connexion par biopuce » et enregistrer toutes les informations relatives aux sites sur lesquels je me connecte dans mon stockage chiffré personnalisé. Ou, encore mieux, éviter cette étape du processus d’autorisation et pouvoir me connecter au système, à ma boîte de réception et à d’autres applications directement grâce à une simple touche.

07. Internet des Objets et installation d’une maison intelligente

Imaginez que chaque objet chez vous soit connecté, y compris les serrures, les lampes, les robinets, les radiateurs, la machine à café, le microonde, le collier de votre chat, etc.

A présent, quels que soient vos principes, imaginez que vous vivez avec une famille de 3 ou 5 personnes. Chacune d’entre elles a ses propres préférences sur la manière d’utiliser votre maison intelligente : l’intensité des lampes, la température intérieure, le type de café, ainsi que la marque et le type d’eau que vous achetez grâce à votre frigidaire intelligent.

Afin que votre vie dans une maison intelligente soit une expérience plaisante, votre maison devrait toujours vous observer et s’adapter à vos besoins. Par exemple, dès que John entre dans une pièce, la lumière devrait s’allumer et l’album de Guns N’Roses devrait se lancer sur iTunes. Si John se dirige vers le hall, les haut-parleurs qui s’y trouvent devraient alors passer la musique. Dans la pièce qu’il a quittée, tous les appareils devraient s’éteindre pour optimiser les factures de la maison.

En revanche, dans la même situation, Jane adore profiter d’une ambiance tranquille avec des lumières tamisées et écouter la « Sonate au clair de lune » sur Google Play, étant donné qu’elle utilise l’écosystème Android.

Avec une biopuce, ce scénario deviendrait réel. Une personne ne serait pas obligée de penser à comment utiliser l’Internet des Objets. Elle vivrait simplement sa vie, pendant que sa maison intelligente  » verrait  » sa biopuce, analyserait ses mouvements et déplacements, et apprendrait à s’adapter à son maître. Par conséquent, la vie d’une telle personne serait beaucoup plus agréable.

08. Ticket universel pour tout

On nous demande souvent d’imprimer nos cartes d’embarquement, nos tickets de train, voire nos cartes de transports publics. Et oui, une personne munie d’une biopuce n’aurait plus besoin de le faire.

Dans ce cas-là, le principe est le même que celui des cartes de réduction que j’ai mentionné précédemment. Du point de vue de la machine, un ticket n’est qu’un ensemble de symboles qui correspondent à une autorisation donnée à une personne de voyager quelque part. Peu importe qu’il s’agisse d’un ticket d’un moyen de transport quelconque, ou bien d’une entrée pour une exposition de Hans Giger ou un concert de U2. Dans tous les cas, un ticket peut être acheté ou présenté à un lecteur grâce à une biopuce.

09. Protection antivol pour les smartphones, les ordinateurs portables et autres appareils

L’un des cas d’utilisation les plus réalistes d’une biopuce serait d’en faire usage comme un élément supplémentaire d’authentification dans les moyens de sécurité existants.

Dans la vie réelle, voici à quoi cela pourrait ressembler. Vous disposez d’un smartphone protégé par un mot de passe qui, une fois que vous le saisissez, débloque votre téléphone. Si vous vous faisiez voler votre appareil, le coupable pourrait deviner votre mot de passe, ou même le connaître dès le début, et ainsi accéder à vos données importantes.

Or, si vous activiez la protection par biopuce, un smartphone ne fonctionnerait pas dans les mains d’une autre personne. Ainsi, même si un voleur connaissait votre mot de passe, il ne serait pas en mesure d’accéder à vos informations.

10. Commander une armée de robots personnelle

Croyez-le ou non, un enfant de 9 ans m’a posé très sérieusement la question suivante : « Quand allez-vous me présenter votre armée de robots que vous utiliserez pour conquérir le monde et installer la paix sur Terre ? »

Au début, j’étais un peu surpris, mais j’ai découvert par la suite que cet enfant était un grand fan d’Isaac Azimov (Dieu merci, cette génération n’est pas complètement perdue !). Nous avons alors eu une discussion passionnante qui m’a permis de réfléchir à deux fois à cette question.

Théoriquement, un humain explorant une possible symbiose entre un organisme vivant et une machine serait l’un des premiers à évaluer de nombreux aspects cachés de ce « partenariat ». Il apprendrait alors à contrôler l’Internet des Objets, tout en bénéficiant, disons-le, de privilèges d’accès « élevés ».

Une personne pourrait être tentée d’utiliser une biopuce pour ses ambitions personnelles. Même si je ne remets pas en cause les bonnes intentions d’une telle personne, je pense personnellement, ainsi que mes collègues de Kaspersky Lab, que nous ne pourrions pas en dire autant des cybercriminels.

D’autres questions se posent : à quoi ressemblera l’homme bionique dans un futur relativement proche ? Devra-t-il respecter les trois lois de la robotique, en plus d’un code de conduite morale et légale commun ? Est-ce qu’il comptera les moutons électroniques quand il ira se coucher ?

Réfléchissons-y bien. Je serais ravi de recevoir vos commentaires et vos questions.

#BionicManDiary, post nº1: Comment une puce a été implantée dans mon corps !

#BionicManDiary, post nº2 : Le jour où la puce se déplace toute seule…

#BionicManDiary, post nº3 : Comment j’ai contourné le mot de passe de mon smartphone.

#BionicManDiary, post nº4 : Le jour où Star Wars n’était plus situé dans une galaxie très lointaine.