À quoi ressembleront les bureaux du futur ?

3 Fév 2015

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressembleront les bureaux traditionnels dans 10 ans ?

La première chose qui vous vient à l’esprit est certainement quelque chose d’hi-tech tiré tout droit de la science-fiction. Un scanner de rétine à l’entrée, un robot pour assistant, un avatar 3D de votre patron dans un tableau ultra moderne, etc. – toutes ces fantaisies essaient de copier notre réalité et de l’améliorer en ajoutant des éléments numériques farfelus.

Office

Néanmoins, la réalité a de grandes chances d’être bien plus simple et de contenir moins de gadgets mais dans certains domaines, elle pourrait être encore plus choquante. Nous vous présentons un certain nombre de tendances controversées qui pourraient bien faire partie du paysage de nos bureaux dans les années à venir.

Home sweet home où que vous allez

À en juger par les publicités confiantes et les publications époustouflantes, le télétravail depuis notre domicile est un futur imminent. Ce point de vue est en partie confirmé par les statistiques : le nombre de bureaux de ce genre est en augmentation.

Néanmoins, le boom du télétravail remonte à la décennie précédente quand la diffusion d’Internet a atteint des sommets. Au fil des années, la croissance d’Internet s’est plus ou moins stabilisée. Le nombre total d’employés travaillant à distance (y compris les travailleurs indépendants) aux États-Unis n’excède pas les 5% de la population active – et pour être honnête, ce chiffre est bien loin d’être impressionnant.

Le nombre total d’employés travaillant à distance aux États-Unis n’excède pas les 5%. Mais le télétravail occasionnel est pratiqué par environ la moitié de la population américaine

En même temps, le télétravail occasionnel est un phénomène bien plus répandu qui devient de plus en plus courant. Aujourd’hui, vous êtes assis dans votre bureau, et demain, vous préparerez un PowerPoint dans un avion, vous répondrez ensuite à des e-mails depuis un coffee shop dans une autre ville, etc. Dans ce cas, les chiffres sont bien plus parlants : ce système est employé par près de la moitié de la population américaine.

Vive les bureaux

Toute personne qui a déjà travaillé à distance, a appris à apprécier le charme des visites au bureau, du moins pendant la première heure.

De nombreuses études ont prouvé que la proximité physique entre des employés (et on ne parle pas de ce que vous pourriez penser !) contribue de manière significative à une productivité plus importante. Si l’on considère que selon Strategy Plus Consultancy, le taux moyen d’utilisation de l’espace dans un bureau est de 42%, les bureaux de type open-space offrent aux employés de nombreuses opportunités de se rapprocher.

 

Cette tendance ne signifie pas nécessairement que nous devrions travailler debout. Mais renoncer à l’idée d’un espace personnel permet de diminuer les pertes d’espace au bureau et d’augmenter la productivité. C’est au moins vrai pour la compagnie norvégienne, Telenor, qui emploie ce système depuis 2003.

Google et IBM font également partie des adeptes de l’espace de travail partagé.

Rendez-vous devant la machine à café

Il est bien connu que les affaires les plus importantes d’une compagnie ne se discutent pas dans une salle de réunion mais devant la machine à café ou le distributeur d’eau.

De nos jours, les architectes qui conçoivent nos bureaux prennent ce concept très au sérieux et y réfléchissent méthodiquement. Dans les bureaux les plus tendance, l’espace est organisé de manière à encourager ce genre de petite réunions  » impromptues  » entre les employés de différents départements dans ce genre d’endroits stratégiques.

 

Comment ça se passe ? Par exemple, toutes les machines à café et les distributeurs d’eau sont supprimés dans un département pour être déplacés à un point de rencontre où les employés n’ont pas d’autre choix que de discuter avec leurs collègues. Ces méthodes sont utilisées par les départements de développement  de Google et Samsung.

S’allonger et réfléchir

Il est très probable que les espaces de travail classiques « bureau+chaise  » disparaissent dans certains bureaux. Et ce n’est pas pour des histoires d’espace mais plutôt pour la santé des employés.

Il a déjà été prouvé que notre style de vie sédentaire est extrêmement mauvais. Par exemple, selon une étude, une personne de 45 ans qui passe plus de 11 heures par jour assise sur une chaise a 40% de chances de plus de décéder dans les trois prochaines années.

Il serait impossible de s’assoir parmi une pile chaotique de blocs en plastique. Mais il est possible de s’allonger, de se mettre à l’aise dans les minces espaces entre ces blocs, de se mettre en boule ou dans une autre position similaire. Ce principe repose sur l’absence de bureaux où il serait possible de s’assoir confortablement pour une période de temps prolongée.

 

Pour que cette expérience soit aussi réaliste que possible, un groupe de jeunes professionnels a travaillé dans ces bureaux pendant trois semaines et a réussi à travailler correctement pendant toute la durée de l’expérience. Dans leur évaluation, les participants ont mentionné qu’ils avaient eu les  » pieds fatigués  » mais ils ont également confirmé qu’ils s’étaient sentis plus  » réveillés  » que dans un bureau traditionnel. Afin d’assurer l’intégrité de l’expérience il pourrait être utile de jeter un œil à l’évaluation des employés les plus âgés mais les experts, pour une raison inconnue, on choisit d’omettre cette étape.

Halte, qui va là ?

Ces scanners de rétines et d’empreintes digitales ont vraiment l’air génial et futuriste ! Néanmoins, le contrôle d’admission le plus réaliste pour un bureau moyen serait la programmation d’un système de verrouillage électronique à partir de smartphones par exemple.

 

L’avantage de cette solution repose sur son coût moindre – de tels systèmes ont déjà été mis en place dans des maisons intelligentes. Chaque employé disposerait d’un profil de sécurité et utiliserait un certificat d’admission temporaire. Simple et élégant – dans quelques années, presque tout le monde sera muni d’un smartphone.

Le coworking n’a pas l’air mal

Alors que de nos jours les espaces de coworking sont principalement utilisés par des start-ups, dans le futur, de tels bureaux pourraient devenir populaires au sein de compagnies plus importantes.

http://www.slideshare.net/JeffreyFermin/11-43435423

 

Le raisonnement derrière ce concept est plutôt simple : le coworking fournit une opportunité de réaliser des économies via une flexibilité de l’utilisation des ressources (souvenez-vous des 42% d’utilisation de l’espace) et également d’utiliser l’effet  » machine à café  » qui grâce à une diversité importante de l’environnement augmentera la productivité de chacun.

Les services externalisés étant de plus en plus utilisés, il est facile d’organiser l’infrastructure de manière économique (TI, connectivité, sécurité, maintenance) et ainsi de profiter d’une meilleure infrastructure.