Pourquoi la confidentialité en ligne est-elle bénéfique pour notre santé mentale ?

15 Oct 2018

J’ai fini de lire il y a peu le livre écrit par Johann Hari et intitulé Lost Connections. Je le recommande vivement à toutes les personnes qui se sentent, ne serait-ce qu’un peu, déprimées ou angoissées. C’est un très, très bon livre qui encourage les gens à renouer avec les relations humaines normales et les valeurs importantes, et à faire quelque chose qui compte. Croyez-moi, ces quelques points peuvent vraiment vous aider à surmonter votre dépression. Il ne s’agit pas d’un antidote universel en cas de détresse, mais il peut au moins vous permettre de comprendre les raisons nébuleuses de votre désarroi.

Ce qui m’a frappé lorsque je lisais ce livre, est que certaines des choses soulignées par Hari au sujet de notre société brisée, et des méthodes dont nous disposons pour y remédier, sont aussi liées à notre vie privée. En réalité, cette information est assez surprenante, même s’il semblerait que s’occuper de notre vie privée en ligne pourrait avoir un effet positif sur notre état mental. Dans cet article assez personnel, je souhaiterai décrire deux aspects de la vie privée qui sont directement liés à notre état de santé moral, et au fait que nous nous sentions bien, ou pas. Je souhaiterai souligner que je parle en mon propre nom, et que la position officielle de l’entreprise peut être différente.

Réseaux sociaux : coupé des autres personnes

Il s’agit d’un paradoxe du monde moderne : les réseaux sociaux nous permettent d’être en contact avec nos amis et nos proches qui vivent dans les quatre coins du monde à n’importe quel moment, et pourtant, dans l’histoire de l’humanité, nous ne nous sommes jamais sentis aussi seuls et coupés des autres qu’actuellement.

Hari n’est pas le seul à souligner cette déconnexion ; de nombreuses sources indépendantes font le même constat, et c’est notamment le cas de l’enquête que nous avons réalisée. Les réseaux sociaux ne peuvent pas remplacer la communication normale que vous avez dans la vie réelle avec les personnes qui sont importantes à vos yeux. Même en termes de molécules, la communication sur les réseaux sociaux n’est pas la même que lorsque vous maintenez une conversation en face-à-face avec une personne en chair et en os. Dans ce dernier cas, une hormone, l’ocytocine, est libérée, et avec la sérotonine et la dopamine, elles sont responsables de votre sentiment de bonheur.

Nous avons souvent publié sur notre blog des articles relatifs à la confidentialité et à la sécurité sur les réseaux sociaux, notamment en vous conseillant de modifier les paramètres de votre compte sur Facebook, LinkedIn, Twitter, Instagram, et autres. La plupart de ces changements cherchent à empêcher les étrangers à voir les informations auxquelles ils ne devraient pas pouvoir accéder. Nous avons aussi parlé du partage à outrance, et de ses conséquences négatives. Cependant, plus je creusais dans les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux, plus je trouvais des informations sur la fuite des données des réseaux sociaux, qu’il s’agisse du scandale Cambridge Analytica ou de la fuite des données d’Ashley Madison, et plus je considérais l’idée de ne pas avoir de compte sur les réseaux sociaux, ou du moins de réduire le temps que j’y passais.

Je ne suis pas quelqu’un qui fonce tête baissée ; j’ai beaucoup réfléchi à cette idée, et j’en suis arrivé à la conclusion suivante : je ne vais pas supprimer mon compte sur Facebook, Twitter, LinkedIn et sur tous les autres réseaux sociaux. Ils ont tous certains avantages. Facebook me permet de me souvenir des dates d’anniversaire, et de communiquer avec d’anciens collègues journalistes ou des connaissances lorsque j’ai besoin de leur aide pour obtenir certaines informations pour la rédaction des articles que je publie ici. LinkedIn est probablement positif pour ma carrière professionnelle, du moins c’est ce que les gens disent. Je n’ai pas eu l’occasion de tester par moi-même, même si ce réseau social m’a aidé à trouver des offres d’emploi pour ma femme. Twitter est un réseau social que de nombreux chercheurs en sécurité de l’information utilisent, et il s’agit d’une bonne source d’informations dans notre secteur.

Pour moi, la solution est de configurer les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux aussi strictement que possible, de réduire au maximum le temps que j’y passe, et de ne pas les considérer comme un moyen de communication avec mes amis et mes proches. J’ai supprimé mes comptes sur Instagram et Swarm, parce qu’à cause d’eux, je me sentais continuellement triste et jaloux des autres. Après avoir mis en place ces changements, et passé moins de temps à faire défiler les informations, je me suis rendu compte que j’étais moins triste, et que j’avais plus de temps pour vraiment voir mes amis, ce qui me remontait vraiment le moral.

Il s’agit d’une solution personnelle qui a fonctionné pour moi, mais qui ne vous sera peut-être pas utile.  Je souhaiterai au moins que vous vous posiez la question suivante : Avez-vous vraiment besoin de tous ces comptes sur tous ces réseaux sociaux ? Voulez-vous vraiment passer autant de temps à les consulter ? Réduire la communication et les partages sur les réseaux sociaux est une méthode permettant d’améliorer votre confidentialité en ligne et de vous sentir mieux. Si vous êtes prêt à adopter une mesure radicale, alors il serait beaucoup plus efficace d’effacer votre compte.

Publicités : coupé des valeurs importantes

Il est dit que nous sommes en moyenne exposés à plus de 4 000 publicités par jour. Nous ne les remarquons pas toutes sciemment, mais elles sont bien là : panneaux publicitaires sur les routes, bannières sur les sites Internet, annonces textuelles sur les moteurs de recherche, publications promues sur les réseaux sociaux, et bien d’autres. Sans oublier que beaucoup de personnes portent des vêtements qui font de la publicité aux marques. Le monde moderne veut que nous achetions tous des choses, et des centaines de milliers de professionnels du marketing et de vendeurs très qualifiés travaillent quotidiennement pour nous faire croire qu’acheter tel ou tel nouveau produit d’une marque va nous rendre plus heureux, ou encore mieux, nous aider à réaliser nos rêves.

Peut-être est-ce un peu vrai. Par exemple, acheter un vélo pourrait vous rendre plus heureux grâce au bonheur qu’une promenade à vélo peut vous apporter. Cependant, vous n’allez pas être beaucoup plus heureux si vous achetez un vélo neuf, cher et équipé de plusieurs options qui sont supers et extraordinaires, au lieu d’un vélo plus ancien et simple. Vos promenades dans le parc seront presque les mêmes. Votre nouveau vélo sophistiqué pourrait vous donner plus d’importance auprès des gens dans la rue, mais cet aspect n’est pas vraiment important pour les gens qui tiennent à vous.

Pourtant les publicités vous incitent à acheter de plus en plus de nouveaux objets sophistiqués. Peu importe le modèle de votre voiture, il y aura toujours une voiture avec plus de chevaux et mieux équipée. Les publicités personnalisées vont vous encourager à y jeter un coup d’œil, voire à l’essayer, pour que vous ayez vraiment envie de l’avoir. Les annonces personnalisées que nous voyons sur les moteurs de recherche et sur les réseaux sociaux sont les plus lourdes, puisqu’elles sont spécialement conçues pour nous. Les choses dont elles font la promotion ne sont pas vraiment ce que nous voulons, mais ce que la société veut que nous ayons. C’est ce que l’on appelle les valeurs extrinsèques, alors que nos vraies valeurs sont intrinsèques.

Nos valeurs intrinsèques ne consistent généralement pas à avoir, mais à faire (comme apprendre à jouer d’un instrument) et à nous préoccuper. Il s’agit de faire des choses importantes pour les gens qui nous importent, ou pour la société en général. Parfois, il s’agit de quelque chose en devenir.

La poursuite de ces valeurs intrinsèques, ces idées qui nous sont chères, est un des éléments qui nous rendent heureux, et nous donnent envie de vivre notre vie. Cependant, les valeurs intrinsèques sont souvent cachées, éclipsées par les valeurs extrinsèques, puisque personne ne fait la promotion de nos valeurs intrinsèques. Il relève de notre responsabilité de les chercher en nous et de les trouver. Les valeurs extrinsèques sont promues sur chaque site Internet et à chaque coin de rue. Sur Internet, là encore, les publicités sont spécialement conçues pour nous convaincre.

Quelles informations sont utilisées pour rendre les publicités en ligne intéressantes ?  Il s’agit de nos publications sur les réseaux sociaux, de nos « J’aime », des données sur notre emplacement, ou encore des choses que nous avons cherchées. C’est ce que nous écrivons dans notre Gmail, et ce dont nous avons parlé sur Facebook Messenger. C’est ce que nous appelons désormais le big data.

Comment éviter les publicités ciblées ? En ne fournissant pas beaucoup d’informations à ceux qui travaillent pour ces entreprises, et en ne leur permettant pas de nous suivre. Rebonjour la confidentialité.

En réalité, je ne dis pas qu’il faut définitivement abandonner Gmail, c’est bien trop pratique. J’utilise ce service, et je compte bien continuer à le faire. Là encore, l’objectif de cet article est de vous amener à vous demander si vous avez vraiment besoin des services que vous utilisez, et qui recueillent vos données pour les utiliser à des fins publicitaires. Lesquels pouvez-vous facilement remplacer par des services qui protègent plus votre vie privée ?

J’ai décrit la démarche que j’ai suivie pour les réseaux sociaux ; maintenant vous devez trouver la vôtre. Réduire le temps passé sur les réseaux sociaux signifie que vous verrez moins d’annonces, et donnerez moins vos données personnelles utilisées pour vous cibler. Cependant, certains moteurs de recherche et nouveaux sites Internet veulent aussi vous proposer des publicités personnalisées. Vous pouvez éviter cette situation en utilisant un logiciel qui empêche le suivi, et des services qui respectent votre vie privée. Par exemple, j’ai récemment arrêté d’utiliser Google en tant que moteur de recherche afin de me servir de la plateforme de recherche DuckDuckGo qui respecte ma vie privée. Il y a encore des publicités, parce qu’il s’agit de leur gagne-pain, mais cette plateforme ne vous suit pas, et n’a pas un gigantesque réseau publicitaire, comme c’est le cas avec Google Ads. Cela signifie que d’autres sites Internet ne vont pas vous afficher des publicités selon les recherches que vous avez faites.

Résultats

Avoir plus de temps pour parler en chair et en os avec les personnes qui sont importantes à mes yeux, et voir moins de publicités qui encombrent mon esprit, a été une méthode plutôt efficace pour moi, et peut-être qu’elle pourrait aussi vous servir. Personnellement, cela m’a permis de me rendre compte que certaines personnes autour de moi avaient les mêmes problèmes, et en cherchant à les résoudre ensemble, ou du moins en les partageant, ces problèmes sont devenus moins importants, et plus faciles à supporter.

Je pense que je pourrai dire qu’après avoir lu le livre d’Hari, et avoir apporté quelques changements dans ma vie, je suis plus heureux qu’avant, et ce processus correspond à merveille avec mon idée d’améliorer la confidentialité de mes informations en ligne. Dans le cadre de cette reconnexion avec les valeurs importantes, je souhaite créer quelque chose qui aurait au moins la chance d’améliorer la vie des autres. C’est pourquoi j’écris cet article, et j’espère vraiment qu’il pourra aider au moins quelques personnes.