17 juin 2016

Tchats, jeux et drogues, le trio qui captive le plus les enfants sur Internet !

Une récente étude de Kaspersky Lab révèle que les enfants à travers le monde passent le plus clair de leur temps sur Internet. Rien d’étonnant jusqu’ici. Mais savons-nous réellement ce qu’ils font derrière leur écran ? L’étude s’appuie sur les statistiques annuelles anonymes des solutions de Kaspersky Lab, dont le module de contrôle parental est activé. Ils mettent en avant la proportion de visites ou de tentatives de visites sur des sites Web au contenu potentiellement dangereux*. 3 principaux postes se dégagent :

Une récente étude de Kaspersky Lab révèle que les enfants à travers le monde passent le plus clair de leur temps sur Internet. Rien d’étonnant jusqu’ici. Mais savons-nous réellement ce qu’ils font derrière leur écran ? L’étude s’appuie sur les statistiques annuelles anonymes des solutions de Kaspersky Lab, dont le module de contrôle parental est activé. Ils mettent en avant la proportion de visites ou de tentatives de visites sur des sites Web au contenu potentiellement dangereux*. 3 principaux postes se dégagent :

Les différentes formes de communication concernent 67 % des activités des enfants en ligne (les réseaux sociaux, l’e-mail, le chat…)

11 % de leur temps sur la toile est consacré aux jeux en ligne 

9 % de ce temps est utilisé pour la recherche d’informations sur le tabac, l’alcool et les drogues

Les chérubins accros à leur mobile ?

Les statistiques révèlent qu’au cours de la période étudiée, les enfants ont réduit leurs visites sur les réseaux sociaux ou les sites pour adultes. Cette tendance peut s’expliquer par le fait qu’ils s’adonnent désormais naturellement à la plupart de leurs activités sur des mobiles, Lesquels n’entraient pas dans le champ de l’étude.

Entre jeux en ligne et tchats, à chacun sa priorité selon les pays !

La catégorie « réseaux sociaux » a été la plus prisée au Mexique (86 %), en Russie, au Brésil et en Italie (un peu plus de 70 % dans chaque cas). Les enfants les moins communicatifs durant cette période ont été ceux résidant en Chine (30 %), en Allemagne (31 %) et au Royaume-Uni (32 %). 

Les Mexicains peu férus de jeux en ligne

Fait intéressant, moins cette catégorie rencontre de succès dans un pays, plus la catégorie « jeux en ligne » est populaire. Les enfants britanniques (28 %), allemands (26 %) et australiens (21 %) sont les plus adeptes des jeux en ligne, tandis que les Mexicains (4 %), les Italiens (6 %) et les Japonais (7 %) s’y adonnent le moins.

Pour ce qui est de regarder des vidéos, d’écouter de la musique et de télécharger des logiciels, les jeunes Japonais sont clairement en tête (avec 12 % de l’ensemble des alertes du contrôle parental). Ils sont également les plus enclins à effectuer des achats en ligne (17 %), de même que leurs homologues chinois (20 %)

Les chinois bien plus intéressés par les contenus pour adultes que les Anglais et les américains !

La catégorie « alcool, tabac et drogues » a déclenché le plus grand nombre d’alertes en Allemagne (23 %) et au Royaume-Uni (25 %), tandis que les contenus pour adultes ont suscité le plus d’intérêt chez les enfants en Chine (23 %) et au Japon (5 %). Cette catégorie a été la moins fréquentée au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (moins de 1 % dans un cas comme dans l’autre).

« Le succès de certains types de sites Web chez les jeunes dans différents pays peut être lié aux spécificités culturelles et aux conditions économiques locales. Nous constatons que les enfants sont de plus en plus indépendants sur Internet : ils choisissent la musique qu’ils écoutent, les films et les dessins animés qu’ils regardent, et les logiciels qu’ils installent. Si cette indépendance est une bonne nouvelle, sur le Web comme dans la vraie vie, elle suppose cependant de guider les jeunes et de leur apprendre comment se comporter de manière raisonnable, sûre et responsable. Chez Kaspersky Lab, nous pensons que pour leur éviter d’être confrontés à des contenus dangereux, leurs parents doivent associer une solution de sécurité complète à un dialogue constant. Ce dialogue permet de sensibiliser les jeunes utilisateurs aux cybermenaces et les aide à nouer des relations de confiance au sein du cercle familial, tandis que les solutions de sécurité fournissent une base pour le dialogue et un environnement sécurisé pour l’ensemble de la famille », commente Anna Larkina, analyste senior en contenus Web chez Kaspersky Lab.

Les solutions grand public Kaspersky Total Security – Multi-Device et Kaspersky Internet Security – Multi-Device intègrent un module de contrôle parental pour aider les adultes à préserver leurs enfants des cybermenaces et à bloquer les sites ou applications présentant des contenus inadaptés.

Kaspersky Lab propose également sa solution Safe Kids qui permet aux parents de surveiller ce que leurs enfants font, voient ou recherchent en ligne sur tous les équipements, ainsi que de leur montrer ce qui est dangereux ou inapproprié sur Internet.

* Relevant de 14 catégories prédéfinis 

* Catégories de sites Web pouvant être bloquées par le module de contrôle parental des solutions Kaspersky Lab : contenus pour adultes ; alcool, tabac, drogues ; jeux en ligne ; e-commerce ; langage grossier ; jeux d’argent, loteries ; redirection HTTP ; réseaux sociaux ; recherche d’emploi ; sites d’actualité ; religions, groupes religieux ; logiciels, audio, vidéo ; violence ; armes, explosifs, pyrotechnie.


 

Articles related to Actualités sur les entreprises