Skip to main

Telles sont les conclusions de l'analyse de Kaspersky sur la quantité de spam qui inonde les boîtes aux lettres des entreprises et sur la façon dont cela peut affecter la productivité des salariés[1].

Selon certaines estimations, 45 % à 85 % de tous les courriels générés chaque jour sont des spams. Mais outre les leurres, les liens malveillants et les pièces jointes que ces courriels peuvent contenir, le flux de spam peut être gênant, écrasant et engorger les boîtes aux lettres des utilisateurs si aucune solution anti-spam n'est installée.

Les chercheurs de Kaspersky ont analysé la quantité de spam reçue par chaque salarié et, à l'aide d'une étude tierce[2], ont estimé le nombre d'heures que les employés de bureau pouvaient passer à lire ou simplement à regarder ces messages. Les individus ont été répartis en trois groupes en fonction du nombre d'e-mails qu'ils recevaient quotidiennement de l'extérieur de leur organisation (les e-mails des expéditeurs au sein de la même organisation n'ont pas été comptés).

D'après les calculs, les personnes recevant jusqu'à 30 courriels par jour reçoivent également environ 30 spams par semaine, et perdent au total environ cinq heures par an à les trier. Les personnes recevant de 30 à 60 courriels par jour passent 11 heures par an à faire de même, soit plus d'un jour travaillé. Et ceux qui reçoivent jusqu'à 100 courriels par jour peuvent y consacrer 18 heures, soit entre 2 et 3 jours travaillés par an. Pour les boîtes aux lettres contenant plus de 100 messages entrants par jour, le nombre d'heures nécessaires pour trier les spams équivaut à 80 par an. Mais dans certains cas, il s’agit de boîtes aux lettres génériques qui ne sont généralement pas nettoyées.

"Cinq heures sur l'ensemble d'une année peuvent ne pas sembler importantes pour un seul salarié. Mais à l'échelle d'une entreprise comptant des centaines d'employés, cela peut représenter un nombre considérable d'heures par personne. Ce chiffre peut paraître plus élevé dans les entreprises de prestation de services, où les employés communiquent plus activement avec des interlocuteurs extérieurs. Les salariés peuvent également perdre du temps pour se remettre au travail après avoir lu et supprimé le spam, car le courrier électronique est une énorme source de distraction. Ces effets négatifs du spam ne sont peut-être pas si évidents, mais les entreprises doivent en être conscientes et protéger leurs collaborateurs avec des outils anti-spam et anti-phishing dédiés", commente Andrey Kovtun, responsable du groupe Email Threats Protection chez Kaspersky.

Pour maintenir la productivité des collaborateurs et éviter les conséquences négatives du spam et des menaces par e-mail, Kaspersky recommande aux organisations de prendre les mesures suivantes :

●       Activer la fonction anti-spam ou de courrier indésirable dans le service de messagerie s'il n'existe pas de solution dédiée sous forme de module complémentaire. Cette fonction devrait réduire le flux de spam.

●       Apprendre aux collaborateurs à reconnaître les spams et surtout les courriels de hameçonnage, en étudiant des signes tels que l'adresse de l'expéditeur, les fichiers exécutables ou les fichiers avec des macros dans les pièces jointes et les appels à l'action. Cela devrait réduire les risques d'attaque et aider les salariés à se débarrasser plus rapidement des messages indésirables.

●       Mettre en place une protection dédiée aux serveurs de messagerie, comme Kaspersky Security for Mail Server, avec différentes technologies d'anti-phishing, d'anti-spam et de détection des logiciels malveillants. Pour les services cloud, tels que Microsoft 365, il existe une solution dédiée, Kaspersky Security for Microsoft Office 365.

À propos de Kaspersky

Kaspersky est une société internationale de cybersécurité et de protection de la vie privée numérique fondée en 1997. L’expertise de Kaspersky en matière de « Threat Intelligence » et sécurité informatique vient constamment enrichir la création de solutions et de services de sécurité pour protéger les entreprises, les infrastructures critiques, les autorités publiques et les particuliers à travers le monde. Le large portefeuille de solutions de sécurité de Kaspersky comprend la protection avancée des terminaux ainsi que des solutions et services de sécurité dédiés afin de lutter contre les menaces digitales sophistiquées et en constante évolution. Les technologies de Kaspersky aident plus de 400 millions d’utilisateurs et 240 000 entreprises à protéger ce qui compte le plus pour eux.

Pour en savoir plus : www.kaspersky.fr.



[1] Les statistiques sur les spams ont été obtenues à l'aide de Kaspersky Security Network (KSN), une infrastructure distribuée qui travaille avec différents composants de protection anti-malware. Les statistiques consistent en des métadonnées dépersonnalisées fournies volontairement par les participants de KSN parmi les clients de Kaspersky. Les autres conclusions de l'étude sont approximatives et basées sur l'analyse des données relatives au temps passé à lire des emails provenant d'une source tierce (étude "2021 State of Email Engagement" de Litmus) et de l'expertise de Kaspersky.

 

[2] Étude réalisée par Litmus "2021 State of Email Engagement" (État de l'engagement par e-mail)

Les salariés peuvent perdre environ deux jours par an à trier les e-mails non sollicités.

Les collaborateurs qui reçoivent 30 à 60 e-mails externes par jour pourraient perdre 11 heures par an à examiner et à identifier les messages de spam. Pour ceux recevant entre 60 et 100 e-mails par jour, ce chiffre passe à 18 heures par an, soit plus de deux jours ouvrables.
Kaspersky Logo