Une étude de l'Entertainment Software Association révèle qu'un « foyer américain moyen possède au moins une console de jeu dédiée, un PC ou un smartphone. » Les appareils mobiles jouent un rôle de plus en plus important dans le secteur des jeux ; le NPD Group signale que 63 pour cent des enfants âgés de 2 à 17 ans utilisent des appareils mobiles pour jouer. Bien que les jeux en ligne puissent être source d'interactions sociales de qualité, il existe un côté plus obscur. Du cyberharcèlement aux prédateurs en ligne en passant par les coûts cachés, les jeux vidéo en ligne posent de nombreux problèmes. La chose la plus importante qu'un parent puisse faire, c'est d’établir le dialogue concernant l'utilisation du Web chez les jeunes enfants et de s'appuyer sur ces recommandations de sécurité à mesure que vos enfants grandissent. S'ils comprennent les risques et l'importance de la sécurité, ils seront bien plus susceptibles de vous alerter ou de vous faire part de leurs inquiétudes.

Voici une liste des sept principaux dangers et conseils simples pour assurer la sécurité de vos enfants sur le Net.

1. Cyberharcèlement

Pour de nombreux enfants, la capacité de se réfugier dans un monde virtuel permet de s'échapper du monde réel. Personne ne sait qui ils sont, quelle école ils fréquentent ou à quoi ils ressemblent. Cet anonymat est, toutefois, à double tranchant. Comme le fait observer Get Safe Online, certains joueurs tirent parti de leur capacité à pouvoir changer d'identité en « gênant » les autres joueurs et en gâchant la partie (« vol des cibles », au cours duquel les perturbateurs tuent des monstres avant que les joueurs ne puissent les atteindre, ou bien « tuent » un grand nombre de monstres de haut niveau appartenant à des joueurs de niveau inférieur).

Dans certains cas, cette perturbation va jusqu'au cyberharcèlement qui peut prendre plusieurs formes, notamment « chuchoter » à des joueurs des messages blessants et pernicieux ou inonder des canaux de chat mondiaux de commentaires désobligeants sur leurs victimes. Selon Stay Safe Online, il est indispensable que les enfants et les parents comprennent leurs options. La plupart des jeux permettent aux joueurs de « bloquer » le chat et les messages d'autres utilisateurs, et dans certains cas, les mots ou actes de harcèlement peuvent constituer une violation des conditions de service du jeu. Il peut être utile de prendre des notes ou une capture d'écran des échanges agressifs et les signaler aux administrateurs du jeu.

2. Problèmes de confidentialité

Stay Safe Online recommande aux enfants de ne jamais créer de noms d'utilisateur dérivant de leur nom réel ou susceptibles de révéler l'endroit où ils se trouvent ou leur âge. D'après US-CERT, le caractère social des jeux en ligne permet aux cybercriminels de manipuler les conversations. Ils peuvent repérer votre enfant sur un canal de chat général, puis commencer à lui envoyer des messages personnels lui demandant des informations détaillées le concernant. En regroupant des données issues de jeux et d'autres sources, les pirates informatiques peuvent être en mesure de créer des comptes au nom de votre enfant ou obtenir un accès à des comptes existants. Ne communiquez jamais d'informations personnelles et assurez-vous d'utiliser des noms d'utilisateur et des mots de passe différents dans les jeux et sites de jeux.

3. Informations personnelles laissées sur des consoles et des PC

Les consoles ou PC constituent un autre danger lié aux jeux en ligne. Lorsqu'ils ont fait leur temps, de nombreuses familles amènent ces appareils dans un centre de recyclage d'équipements électroniques ou les vendent sur des sites de troc. Les utilisateurs oublient bien souvent de supprimer leurs fichiers et leurs informations personnelles, mettant ainsi en danger leur vie, aussi bien sur le plan financier que privé. Vous devez supprimer l'ensemble des données personnelles présentes sur les consoles de jeux, les tablettes et les smartphones, puis exécuter une restauration des paramètres d'usine. Les outils ou procédures spécifiques requises peuvent varier en fonction du type d'appareil. Il est donc important de les rechercher pour chaque appareil. N'oubliez pas également que certains appareils peuvent intégrer des zones de stockage que les fonctions de l'appareil ne suppriment pas. Si l'appareil inclut des supports de stockage compatibles avec le PC (ex. Cartes SD), connectez-les à votre PC, puis effacez les données en toute sécurité. Pour les PC, ne comptez pas uniquement sur la fonction « Supprimer », voire même formater, dans la mesure où elle ne supprimera en réalité aucune donnée du disque. Utilisez plutôt un programme qui supprime les données en les écrasant à plusieurs reprises.

4. Problèmes liés aux webcams

Comme le révèle Business Insider, plus de 4 500 webcams aux États-Unis ont été piratées l'année dernière et leur contenu diffusé sur un site Internet russe. Tous les appareils connectés tels qu'une webcam ou un appareil audio, peuvent être contrôlés par des pirates et utilisés pour exploiter vos enfants. Pour diminuer ce risque, assurez-vous d'analyser régulièrement votre système afin d'y détecter des programmes malveillants et veillez à ce que votre webcam soit paramétrée par défaut sur « Désactivée ».

5. Prédateurs en ligne

Les prédateurs en ligne sont généralement des anciens joueurs en ligne qui utilisent les jeux vidéo pour tromper et gagner la confiance des victimes plus jeunes. Ils peuvent au final recevoir des messages inappropriés, être invités à participer à des discussions par webcam ou à des rencontres en face à face pouvant entraîner l'exploitation sexuelle. Selon Internet Safety 101, les jeux en ligne offrent aux prédateurs la possibilité de développer une expérience en ligne partagée. Dans la pratique, ils deviennent alors le défenseur ou membre de l'équipe de l'enfant. Après avoir vaincu un boss ou exploré un nouveau domaine du jeu, les prédateurs établissent un lien avec des joueurs plus jeunes et développent un ensemble d'expériences communes aboutissant à des questions plus personnelles. Dans de nombreux cas, les prédateurs cherchent à dresser les enfants contre leurs parents et à jouer le rôle de la « seule personne qui les comprend vraiment ». Pour lutter contre ce problème, vous devez parler à vos enfants des cybermenaces et surveiller étroitement leur expérience de jeu.

6. Coûts cachés

Certains jeux en ligne utilisent le modèle « freemium » qui permet d'accéder gratuitement à une partie du contenu contre le paiement d'un accès à d'autres parties du jeu. Comme le fait observer Mashable, par exemple, les utilisateurs de Windows 10 doivent payer pour utiliser certains modes de jeux classiques s'ils ne souhaitent pas être interrompus par des publicités. Ou bien un joueur peut utiliser de l’argent réel pour acheter une épée virtuelle ou une pièce d'armure, ou bien cumuler des paiements par carte de crédit pour gagner de l'or ou acquérir de l'expérience pour ses personnages.

Dans la majorité des cas, ces jeux nécessitent une carte de crédit pour s'inscrire et commencer à jouer, et celle-ci est automatiquement débitée si les utilisateurs décident d'acheter des nouveaux articles ou services. Ne communiquez jamais votre numéro de carte de crédit à aucun jeu utilisant le modèle « freemium ». Même si votre enfant joue à des jeux plus traditionnels reposant sur un abonnement, vérifiez régulièrement vos relevés de carte de crédit afin de ne pas être facturé d'achats que vous n'avez pas approuvés. Si vous autorisez vos enfants à utiliser leur smartphone ou tablette, vous devez sérieusement envisager de désactiver la fonctionnalité « Mises à jour intégrées à l'application » afin d'empêcher vos enfants de cumuler des factures astronomiques liées à des achats au sein de l'application, sans même le réaliser.

7. Programmes malveillants

Les chevaux de Troie peuvent modifier une application authentique et télécharger la version malveillante sur Google Play ou une autre plate-forme légitime. PC World a fait état d'un exemple récent de cet incident : une fois téléchargé, le cheval de Troie s'exécute et peut prendre le contrôle de l'appareil Android d'un utilisateur et l'intégrer à un « botnet » de plus grande ampleur. Le programme malveillant opère de façon différée. Les victimes ne suspecteront donc pas que leur jeu en ligne est à l'origine de cet incident. L’enseignement à tirer dans ce cas, il convient d’être particulièrement vigilant lorsque vous téléchargez des applications, car elles peuvent en apparence être authentiques ou se faire passer pour des applications légitimes. Il est donc important de lire des avis, faire des recherches sur les développeurs et s'assurer que les applications ne présentent aucun risque avant de les télécharger sur votre smartphone. N'oubliez pas : téléchargez uniquement des applications provenant de sources fiables.

Assurez-vous que vous êtes le seul à approuver tous les téléchargements mobiles et prenez le temps d'installer une protection réputée contre les programmes malveillants afin de pouvoir régulièrement vérifier l'ensemble des appareils de votre foyer. Jouer en ligne ne se résume pas aux jeux et au divertissement. Les enfants sont exposés au harcèlement, à l'usurpation d'identité, à la fraude à la carte de crédit, voire même à l'exploitation sexuelle. Assurez-vous de parler de ces risques à vos enfants.

Seul le dialogue dès le plus jeune âge les préparera afin d'éviter ces menaces. Soyez vigilant, identifiez les signes d'alerte, comprenez les risques et intéressez-vous de près aux habitudes de jeu en ligne de vos enfants.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur nos sites Web. En utilisant ce site Web et en poursuivant votre navigation, vous acceptez ces conditions. Des informations détaillées sur l'utilisation des cookies sur ce site Web sont disponibles en cliquant sur plus d'informations.

Accepter et fermer