content/fr-fr/images/repository/isc/dangers_children475x317.png

Internet peut représenter un danger pour vos enfants et adolescents. Des cyberprédateurs aux publications sur les réseaux sociaux qui peuvent remonter à la surface et les hanter plus tard, les risques sont inquiétants. Sans le vouloir, les enfants peuvent également exposer leur famille aux dangers d’Internet, par exemple en téléchargeant accidentellement un programme malveillant qui peut permettre à des cybercriminels d’accéder au compte bancaire de leurs parents ou à d’autres informations sensibles. La protection des enfants sur Internet est avant toute chose une question de prise de conscience : connaître les dangers qui se tapissent dans l’ombre et savoir comment s’en protéger. Les logiciels de cybersécurité peuvent les protéger contre certaines menaces, mais le plus important en matière de sécurité est de communiquer avec vos enfants.

Voici les sept principaux risques auxquels les enfants sont confrontés sur Internet :

  1. Cyberharcèlement

    Selon Internetsafety101.org, 90 pour cent des adolescents actifs sur les réseaux sociaux ont ignoré les actes de harcèlement dont ils ont été témoins, et un tiers a déjà été victime de cyberharcèlement. Les réseaux sociaux et les jeux en ligne sont les terrains de jeu virtuels d’aujourd’hui, ce qui explique que l’on y retrouve l’essentiel des cas de cyberharcèlement. Par exemple, les enfants peuvent faire l’objet de moqueries dans les échanges sur les réseaux sociaux. Ou, dans le cas des jeux en ligne, leurs « personnages » ou eux-mêmes peuvent faire l’objet d’attaques incessantes, faisant passer le jeu d’une expérience imaginative à un calvaire humiliant.

    Quelle meilleure protection contre le cyberharcèlement pour vos enfants que de parler ouvertement avec eux de ce qu’il se passe dans leur vie et de la manière de faire face aux harceleurs.

  2. Cyberprédateurs

    Les prédateurs sexuels et autres prédateurs en tout genre peuvent traquer les enfants sur Internet, en tirant parti de leur innocence, en abusant de leur confiance et, peut-être, en finissant par les inciter à les rencontrer en personne, ce qui s’avère extrêmement dangereux. Ces prédateurs rodent sur les réseaux sociaux et les sites de jeu qui attirent les enfants (les mêmes terrains de jeu virtuels où la plupart des actes de harcèlement sont perpétrés). Ils peuvent y exploiter l’innocence des enfants, mais également leur imagination. « Jouer à faire semblant » fait naturellement partie des jeux en ligne et des interactions sociales qui en découlent, mais les prédateurs peuvent s’en servir d’hameçon pour piéger les enfants.

    Le FBI donne des conseils en matière de protection contre les prédateurs et autres risques en ligne pour les enfants. En revanche, et nous insistons sur ce fait, la meilleure protection consiste à pouvoir parler avec vos enfants de ce qu’il se passe dans leur vie.

  3. Publication d’informations privées

    Les enfants ne comprennent pas encore la notion de limites sociales. Ils peuvent publier des informations personnelles sur Internet, par exemple sur leurs profils sur les réseaux sociaux, qui ne devraient pas être visibles de tous. Il peut s’agir de n’importe quoi, des images représentant des moments personnels embarrassants à l’adresse de leur domicile.

    Si vos enfants publient en mode « public », vous pouvez également voir leurs publications, et il n’y a aucun mal à leur rappeler que si papa et maman peuvent les voir, tout le monde le peut. Ne fouinez pas, mais discutez avec vos enfants des limites sociales.

  4. Phishing

    Selon les professionnels de la cybersécurité, le phishing consiste à utiliser des e-mails pour inciter les gens à cliquer sur des pièces jointes ou des liens malveillants. (« Salut, j’ai pensé que ça te plairait ! ») Les SMS peuvent également être utilisés (il s’agit alors de « smishing »).

    Les e-mails de phishing et les SMS de smishing peuvent survenir à tout moment, mais les cybercriminels qui les conçoivent surveillent les sites qui sont populaires auprès des enfants et collectent des informations comme les adresses e-mail et les noms des amis pour les utiliser dans le cadre de leurs arnaques. Apprenez à vos enfants à ne pas cliquer sur les e-mails ou les SMS envoyés par des étrangers et à se méfier des messages provenant soi-disant de leurs amis, mais qui ne contiennent aucun vrai message personnel.

  5. Tomber dans le piège des arnaqueurs

    Les enfants ne vont probablement pas se laisser avoir par des princes nigérians qui leur proposent un million de dollars, mais ils peuvent tomber dans le piège d’escrocs qui leur proposent des choses qu’ils apprécient particulièrement, comme l’accès gratuit à des jeux en ligne. Les jeunes sont des cibles faciles pour les arnaqueurs, car ils n’ont pas encore appris à se méfier. À l’instar du phishing, les cybercriminels peuvent utiliser les sites populaires auprès des enfants pour repérer des victimes potentielles, puis leur promettre quelque chose en contrepartie de ce qu’ils recherchent, comme des informations relatives aux cartes de crédit des parents.

    Que ce soit pour les jeunes ou les moins jeunes, la meilleure protection contre les arnaqueurs consiste à savoir que, si une offre semble trop belle pour être vraie, c’est qu’elle ne l’est probablement pas. Apprenez à vos enfants à se méfier des offres en ligne trop alléchantes.

  6. Téléchargement accidentel de programmes malveillants

    Un programme malveillant est un logiciel informatique installé à l’insu de la victime qui exécute des actions dangereuses sur l’ordinateur. Il peut s’agir du vol d’informations personnelles se trouvant sur l’ordinateur ou du piratage de ce dernier pour l’utiliser dans le cadre d’un « botnet », ce qui entraîne un ralentissement des performances. Souvent, les cybercriminels piègent les gens pour les amener à télécharger un programme malveillant. Le phishing en fait partie, mais il en existe d’autres (par exemple convaincre les victimes de télécharger un soi-disant jeu) qui peuvent s’avérer particulièrement séduisants pour les enfants.

    À l’instar des arnaques, votre meilleure protection consiste à informer vos enfants, même si les logiciels antivirus et les protections de sécurité associées peuvent protéger l’ordinateur de votre enfant contre n’importe quel programme malveillant qui s’y infiltre furtivement. En outre, de nombreux produits de sécurité Internet comprennent également des fonctionnalités de contrôle parental spécifiques qui vous permettent de d’encadrer de façon sécurisée les activités de vos enfants sur Internet.

  7. Publications qui reviendront tôt ou tard hanter un enfant

    Il n’y a pas de bouton « Supprimer » sur Internet. Tout ce que votre enfant publie sur Internet sera presque impossible à supprimer plus tard. Mais les adolescents, en particulier, ne pensent pas au fait qu’un futur employeur (ou un éventuel conjoint) puisse réagir à des images « amusantes » ou d’autres contenus personnels qu’ils publient sur leurs profils sur les réseaux sociaux ou d’autres sites Internet.

    Expliquez à vos adolescents qu’ils peuvent changer la manière dont ils veulent se montrer en ligne, mais qu’Internet ne le leur permettra pas.

Internet peut comporter des risques pour les enfants et leur faire miroiter des merveilles auxquelles les générations précédentes n’auraient même pas songé. Assurez-vous que vos enfants connaissent les joies du monde virtuel, et non ses dangers.

Autres liens et articles utiles en rapport avec la protection des enfants

 

Les 7 dangers principaux auxquels les enfants sont confrontés sur Internet : comment assurer leur protection

Internet peut représenter un danger pour vos enfants et adolescents. Des cyberprédateurs aux publications sur les réseaux sociaux qui peuvent remonter à la surface et les hanter plus tard, les risques sont inquiétants.
Kaspersky Logo