L'Internet est un gigantesque réseau, qui comprend des millions de pages Web, bases de données et serveurs fonctionnant 24 h/24 et 7 j/7. Mais l'Internet « visible », à savoir des sites accessibles à l'aide de moteurs de recherche tels que Google et Yahoo, ne constitue que la partie émergée de l'iceberg. Sous la surface se trouve le Deep Web (l'Internet caché), qui représente environ 90 pour cent de l'ensemble des sites Internet. Comme le fait remarquer ZDNet, l'Internet caché est si vaste qu'il est impossible de savoir précisément combien de pages ou de sites Internet sont actifs à la fois. Ce Web a un temps été le repaire de pirates informatiques, de membres des services de police et de criminels. Toutefois, grâce aux nouvelles technologies, telles que le chiffrement et le navigateur anonyme Tor, il est désormais possible de s'y plonger si on le souhaite.

Définition du Deep/Dark Web

Il existe un certain nombre de termes pour qualifier le Web caché mais mieux vaut connaître leurs différences si vous prévoyez de naviguer hors des sentiers battus. PC Advisor indique que le terme « Deep Web » fait référence à l'ensemble des pages Web que les moteurs de recherche ne peuvent pas identifier. Le « Dark Web », quant à lui, se réfère à des sites ayant des visées criminelles ou comprenant du contenu illicite, et des sites « de commerce » dans lesquels les utilisateurs peuvent acheter des biens ou des services. En d'autres termes, le Deep Web couvre tout ce qui se trouve sous la surface et qui reste accessible à l'aide du logiciel approprié, y compris le Dark Web. Il existe également un troisième terme, le « Dark Internet », qui fait référence aux sites et bases de données qui ne sont pas disponibles via des connexions Internet publiques, même si vous utilisez Tor. Bien souvent, les sites du Dark Internet sont utilisés par des entreprises ou des chercheurs afin de protéger le caractère sensible d'informations confidentielles.

Bien que de nombreux points de vente utilisent indifféremment le « Deep Web » et le « Dark Web », il est intéressant de noter qu'une grande partie du Deep Web est en réalité sans danger. Tout ce qui concerne des articles de blog en révision, des refontes de pages Web en test et des pages auxquelles vous accédez lorsque vous réalisez des transactions bancaires en ligne fait partie du Deep Web et ne représente aucune menace pour votre ordinateur ou votre sécurité en général. Comme le démontre CNN Money, les gros moteurs de recherche sont comme des bateaux de pêche qui ne peuvent « attraper » que des sites Internet proches de la surface. Tout le reste, des revues universitaires à des bases de données privées en passant par du contenu plus illicite, est hors de portée.

Accès

La majorité des gens qui souhaitent accéder au Deep Web utilisent Tor, un service initialement développé par le United States Naval Research Laboratory. Tor est en quelque sorte un navigateur Web à l’instar de Google Chrome ou Firefox. La principale différence réside dans le fait qu'au lieu d'emprunter la voie la plus directe entre votre ordinateur et le Deep Web, le navigateur utilise un chemin aléatoire de serveurs chiffrés appelés « nœuds », permettant ainsi aux utilisateurs de se connecter sans crainte au Deep Web, de ne pas être identifiés et de ne pas exposer leur historique de navigation. Des sites sur le Deep Web utilisent également Tor (ou un logiciel similaire tel que I2P) pour préserver leur anonymat. Autrement dit, vous ne serez pas en mesure de découvrir qui les utilise ou qui les héberge.

De nombreux utilisateurs tirent parti de Tor pour parcourir l'Internet public et le Deep Web. Certains ne souhaitent tout simplement pas que des organismes gouvernementaux, voire même des fournisseurs de service Internet, sachent ce qu'ils consultent en ligne, alors que d'autres n'ont pas d'autres choix : les utilisateurs situés dans des pays limitant l'accès et imposant des lois d'utilisation n'ont bien souvent pas la possibilité d'accéder à des sites Internet publics, à moins d'utiliser des clients Tor et des réseaux virtuels privés. Il en va de même pour des opposants au gouvernement et d'autres fervents défenseurs qui craignent de faire l'objet de représailles si leur identité venait à être découverte. Bien entendu, l'anonymat s'accompagne d'un côté obscur dans la mesure où les criminels et les pirates informatiques malveillants préfèrent également opérer dans l'ombre.

Utilisation et abus

Pour certains utilisateur, le Deep Web permet de contourner des restrictions locales et d'accéder à des services télévisés ou des films susceptibles de ne pas être disponibles dans leur région. Pour d'autres, il offre la possibilité de télécharger de la musique piratée ou des films qui ne sont pas encore sortis au cinéma. Dans le même temps, à l'extrémité obscure du Web, les choses peuvent devenir effrayantes, obscènes et tout simplement bizarres. Comme le fait observer The Guardian, par exemple, des données de cartes de crédit sont disponibles sur le Dark Web moyennant une poignée de dollars. En parallèle, ZDNet fait remarquer que tout ce qui relève de faux documents de citoyenneté, de passeports, voire même de services de tueurs professionnels peut s’y trouver si vous savez où chercher. Les parties intéressées peuvent également recueillir des informations personnelles et en tirer parti pour faire chanter des internautes lambda. Réfléchissez au dernier piratage du site Ashley Madison, de grandes quantités de données, y compris des noms, adresses et numéros de téléphone réels, se sont retrouvées en vente sur le Dark Web. Cela prouve que, même si vous ne surfez pas sur les eaux troubles du Dark Web, vous n'êtes pas à l'abri d'un chantage (ou pire), si des sites que vous consultez régulièrement sont piratés.

Les drogues illicites sont également populaires sur le Dark Web. Comme le fait remarquer Motherboard, le site de vente de drogues en ligne Silk Road, qui a été fermé, remplacé et fermé une nouvelle fois, puis renommé, propose aux parties intéressées toute sorte de substances dans la quantité souhaitée. Business Insider, quant à lui, présente une description détaillée des choses étranges que vous pouvez trouver sur le Deep Web : kit de vasectomie à faire soi-même et chasse au trésor en ligne qui s’est terminée par le « chasseur » répondant à un téléphone public à New York à 3 heures du matin.

Risques réels

Grâce à l’utilisation d’outils de chiffrement et d’anonymisation par les utilisateurs et les sites Internet, l’application de la loi au niveau du Dark Web est quasi-inexistante. En d'autres termes, tout, même du contenu qui va bien au-delà des limites du bon goût et de la décence commune, est disponible en ligne : contenu offensant et illégal réservé aux adultes pouvant marquer à vie le spectateur. Un récent article du Wired, par exemple, révèle que 80 pour cent des visites sur le Dark Web seraient liées à la pornographie et à la pédophilie. Ici, la notion de Dark comme refuge garant d'une confidentialité a des limites et renforce l'idée que si vous choisissez de vous plonger dans ses entrailles, n'oubliez pas de restreindre l’accès à votre appareil compatible Tor afin que les enfants ou d’autres membres de la famille ne risquent pas de tomber sur quelque chose qu'ils ne devraient jamais voir. Consultez le Deep Web, si vous le souhaitez, mais rendez-vous service : ne laissez pas les enfants s'en approcher et faites preuve de prudence car le Dark Web peut aller très loin.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur nos sites Web. En utilisant ce site Web et en poursuivant votre navigation, vous acceptez ces conditions. Des informations détaillées sur l'utilisation des cookies sur ce site Web sont disponibles en cliquant sur plus d'informations.

Accepter et fermer