Skip to main

Pendant la crise provoquée par le coronavirus, nous avons été témoins de remarquables exemples d'entraide. Dans le monde entier, une armée de volontaires s'est mobilisée pour aider les personnes vulnérables et dans le besoin. Malheureusement, nous avons également assisté à une augmentation des escroqueries aux œuvres de bienfaisance, car les fraudeurs cherchent à exploiter la crise pour mener leurs activités de cybercriminalité.

Dès février 2020, la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis a averti que « les escrocs profitent des peurs suscitées par le coronavirus. Ils conçoivent des sites Web pour vendre de faux produits et utilisent de faux emails, textes et publications sur les réseaux sociaux comme une ruse pour vous soutirer de l'argent et obtenir des renseignements personnels ». Ces escroqueries vous font perdre de l'argent et détournent les dons des véritables causes et œuvres de bienfaisance.

Dans cet article, nous décrivons les principales escroqueries au coronavirus et aux œuvres de bienfaisance, et les points auxquels il convient de faire attention ainsi que les moyens de se protéger.

Comment se déroulent les escroqueries aux œuvres de bienfaisance liées au coronavirus ?

De nombreuses escroqueries mises en œuvre ne sont pas un phénomène nouveau : il s'agit de cyberattaques classiques, présentées sous un angle différent, celui du coronavirus. Les cyberattaques sont des tentatives malveillantes et délibérées de compromettre le système d'informations d'un individu ou d'une organisation afin de tirer un certain avantage de la victime. Les fraudes aux œuvres de bienfaisance se répartissent généralement en deux catégories :

  1. Les escroqueries qui visent le public
  2. Les escroqueries qui visent les employés des œuvres de bienfaisance elles-mêmes

Exemples d'escroquerie au coronavirus : le public comme cible

  • Fausses œuvres de bienfaisance ou usurpation d'identité : les escrocs se font passer pour de fausses œuvres de bienfaisance afin de solliciter des dons frauduleux. Bien souvent, ils choisissent un nom qui se rapproche de celui d'une œuvre de bienfaisance authentique et bien connue.
  • Escroqueries aux personnes dans le besoin : les escrocs se font passer pour des personnes atteintes du coronavirus ou prétendent agir au nom d'un ami ou d'un parent, et cherchent à obtenir votre aide financière. La personne prétendra être en difficulté à cause de la crise. Par exemple, elle prétendra qu'elle est malade ou qu'elle bloquée dans un autre pays, et vous demandera de lui envoyer de l'argent. Généralement, elle insistera sur l'urgence et sur la confidentialité.
  • Escroqueries aux tests, aux vaccins et aux traitements : les escrocs proposent de faux kits de test à domicile et des remèdes ou des vaccins « miracles », qui n'existent pas. Les escrocs peuvent également cibler les personnes bénéficiant d'une assurance maladie en proposant des tests COVID-19 pour tenter de voler des informations personnelles.
  • Contrôles du gouvernement :les escrocs prétendent provenir de l'Assurance maladie ou d'une quelconque agence gouvernementale et vous demandent des informations personnelles, ou vous proposent de recevoir des subventions moyennant certains frais préalables. 
  • FGDR et banques : les escrocs se font passer pour le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR) ou pour votre banque, et vous annoncent que votre compte bancaire ou votre solvabilité sont menacés et vous demandent des renseignements personnels.

Exemples d'escroquerie au coronavirus : les employés des œuvres de bienfaisance comme cible

  • Hameçonnage : Les escrocs prétendent appartenir à une organisation légitime qui peut fournir des renseignements susceptibles d'aider les œuvres de bienfaisance locales, comme une liste des personnes vulnérables de la région qui peuvent être dans le besoin. La victime est invitée à cliquer sur un lien pour accéder aux informations. Celui-ci mène généralement à un site Web factice ou invite la victime à effectuer un paiement en cryptomonnaie (par exemple, en bitcoin).
  • Escroquerie au mandat : Par exemple, un employé d'une œuvre de bienfaisance travaillant à domicile peut recevoir un email qui semble provenir d'une entreprise légitime qui fournit des services à l'œuvre de bienfaisance. L'email demande que les futurs paiements soient effectués sur un autre compte bancaire, qui est contrôlé par l'escroc.
  • Fraude aux achats : Il peut s'agir de la vente en ligne, auprès d'une œuvre de bienfaisance ou d'un organisme de santé publique, d'équipements de protection individuelle (EPI) essentiels, comme des masques faciaux et des gants. Une fois le paiement effectué, aucun produit n'est livré, ou les produits ne répondent pas aux normes exigées. L'État de New York a récemment été victime d'une fraude aux EPI.
Coronavirus online charity fraud

Escroqueries aux dons liés au coronavirus : 9 conseils à garder en tête

En général, pour toute escroquerie au coronavirus, il est important de garder à l'esprit ce qui suit :

  1. Les œuvres de bienfaisance légitimes seront enregistrées. Vous devez vérifier les identifiants d'une organisation sur une base de données connue pour vérifier leur authenticité.
  2. Il est peu probable que des personnes atteintes de la maladie prennent directement contact avec vous pour obtenir de l'argent, surtout s'il s'agit d'inconnus.
  3. Il est difficile de récupérer de l'argent envoyé par mandat, par virement bancaire, par transfert international de fonds, par carte préchargée ou par une monnaie numérique, comme le bitcoin. Évitez tout arrangement avec des inconnus qui vous demandent un paiement anticipé de cette manière.
  4. En général, les organisations qui vous demandent d'envoyer des fonds à une banque étrangère ne sont probablement pas légitimes. Soyez particulièrement vigilant aux demandes d'envoi d'argent à l'étranger.
  5. Un site Web factice peut sembler presque identique à un véritable site d'une œuvre de bienfaisance et ne modifier que les détails concernant l'envoi des dons. Il est important de rester vigilant.
  6. Ce n'est pas parce qu'une personne connait votre nom et vos coordonnées qu'elle est fiable. Remettez en question chaque email surprise et demande que vous pourriez recevoir.
  7. Les escrocs utilisent souvent des tactiques visant à mettre la pression sur la victime, comme le fait de souligner l'urgence et d'utiliser un langage très émotionnel. Parfois, cette démarche peut même s'inscrire dans le cadre d'une attaque plus large d'ingénierie sociale : l'ingénierie sociale consiste à manipuler psychologiquement les gens pour les amener à accomplir des actions ou à divulguer des renseignements confidentiels. Si quelqu'un vous demande de faire des dons, prenez le temps de vérifier les informations et ne faites aucun don sans avoir mené de recherches préalables. En effet, les organisations légitimes n'exerceront pas la même pression, et vous devez vous méfier de toute personne prétendant que les dons doivent être effectués immédiatement pour qu'ils soient pris en compte.
  8. Selon la Wise Giving Alliance, au moins 65 % des dons doivent être versés directement aux personnes ou à la cause servies par des œuvres de bienfaisance légitimes. Si la proportion est beaucoup plus faible, on peut remettre en question la légitimité de l'œuvre de bienfaisance. Une façon d'évaluer la légitimité d'une œuvre de bienfaisance est de déterminer la part de votre don qui est reversée à la véritable cause.
  9. Faites attention aux appels de fonds dont la formulation est générique ou vague, comme « pour aider les personnes atteintes du COVID-19 ». Faites également attention aux appels qui contiennent simplement un numéro de téléphone portable sans autres renseignements plus précis.

Comment se protéger contre les escroqueries aux œuvres de bienfaisance liées au coronavirus ?

Conseils pour les personnes qui souhaitent faire un don

  • Recherchez l'œuvre de bienfaisance dans une base de données bien connue où vous pouvez vérifier sa légitimité. Ces bases de données comprennent :

    Charity Check
    CharityWatch
    BBB Wise Giving Alliance
    Charity Navigator

  • Consultez le site Web de l'œuvre de bienfaisance. Un site Web d'œuvre de bienfaisance légitime devrait être facile à trouver au moyen de moteurs de recherche. Vérifiez l'URL : la plupart des adresses Web d'organisations à but non lucratif se terminent par .org plutôt que par .com. Évitez les adresses Web qui se terminent par une série de chiffres. Leur numéro EIN (numéro d'identification de l'employeur) et leur numéro d'identification fiscale doivent être clairement indiqués. Les sites Web factices (en particulier les sites factices d'œuvres de bienfaisance) demandent souvent des renseignements détaillés comme votre numéro de sécurité sociale, votre date de naissance ou des informations sur votre compte bancaire et votre code PIN. Faites très attention, car en fournissant ces renseignements, il est facile d'usurper votre identité.
  • Pour faire un don en ligne, entrez l'adresse du site Web de l'œuvre de bienfaisance plutôt que de cliquer sur un lien. Adressez-vous directement aux œuvres de bienfaisance pour faire un don ou offrir votre soutien.
  • Essayez de trouver une couverture médiatique ou des renseignements supplémentaires qui peuvent valider la légitimité d'un collecteur de fonds. Passez en revue les notes ou les avis de l'œuvre de bienfaisance dans le domaine public. Recherchez en ligne le nom de l'œuvre de bienfaisance associé aux mots « escroquerie » ou « fraude ».
  • N'envoyez jamais d'argentou ne fournissez jamais de renseignements personnels, de données de carte de crédit, ni de détails de compte en ligne à une personne que vous ne connaissez pas ou en qui vous n'avez pas confiance.
  • Faites un don en utilisant une carte de crédit. Il s'agit du moyen le plus sûr de faire un don. Ne faites jamais de dons en communiquant des numéros de cartes cadeaux ou par virement bancaire. Si quelqu'un vous demande de faire un don de cette manière, considérez qu'il s'agit d'une escroquerie.
  • Supprimez les emails non sollicités contenant des pièces jointes. Les emails légitimes provenant de véritables œuvres de bienfaisance ne contiennent généralement aucune pièce jointe. N'ouvrez aucune pièce jointe à ces emails, car vous risquez d'être infecté par un virus ou de télécharger par inadvertance des logiciels malveillants sur votre ordinateur, ce qui vous rendrait vulnérable aux futures tentatives de piratage.
  • Ne cliquez pas sur les liens contenus dans des emails suspects et ne répondez jamais aux messages ni aux appels non sollicités demandant des détails personnels ou financiers. Le fait d'éviter les liens factices d'œuvres de bienfaisance permettra également de prévenir les escroqueries par hameçonnage.
  • Vérifiez que les adresses email sont valides. Pointez le curseur de votre souris sur l'adresse email pour révéler l'adresse email réelle. Vérifiez si elle est liée à une véritable œuvre de bienfaisance ou plutôt à une œuvre conçue pour tromper les gens.
  • Soyez prudent sur les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux sont un moyen utile pour les œuvres de bienfaisance de communiquer avec le public et de solliciter des dons. Cependant, ne croyez pas qu'une demande de don sur Facebook, Twitter ou YouTube est légitime simplement parce qu'un ami l'a partagée ou y a ajouté la mention « J'aime ». Prenez le temps de mener des recherches sur le groupe avant de faire un don.
  • Faites des dons par un service fiable et sécurisé. Par exemple, le panier de dons Giving Basket de Charity Navigator est un moyen sûr et pratique de faire des dons aux causes qui vous tiennent à cœur. Ce panier de dons ne permet de faire des dons qu'à des œuvres de bienfaisance légitimes, ce qui vous évite de faire un don à un appel frauduleux par erreur.
  • Remettez en question la plateforme GoFundMe. Ces dernières années, on a constaté une augmentation du nombre de sites Web de crowdsourcing comme GoFundMe.com, où les gens peuvent rapidement lancer des appels de fonds pour subvenir à des factures médicales inattendues ou à des tragédies personnelles. Cependant, la plateforme ne vérifie pas les témoignages individuels, il n'y a donc aucun moyen de savoir si l'histoire d'une personne est réelle ou s'il s'agit d'une escroquerie. Là encore, nous vous recommandons de faire preuve de prudence.
  • Protégez vos appareils. Installez toujours les dernières mises à jour de logiciels et d'applications pour protéger vos appareils contre les dernières menaces. Achetez une solution de cybersécurité complète comme Kaspersky Security Cloud pour bénéficier d'une sécurité en ligne personnalisée et adaptative pour tous vos appareils.
Online charity scams during the coronavirus pandemic

Conseils pour les employés des œuvres de bienfaisance

  • Faites preuve de prudence si vous effectuez un achat au nom de votre œuvre de bienfaisance auprès d'une entreprise ou d'une personne que vous ne connaissez pas. Discutez-en avec vos collègues si vous n'êtes pas sûr.
  • Soyez prudent si l'on vous demande de modifier vos coordonnées bancaires ou d'effectuer des paiements sur un nouveau compte. Dans la mesure du possible, suivez les procédures de validation de votre œuvre de bienfaisance et vérifiez l'authenticité de ce type de messages avant d'effectuer un paiement ou de procéder à une modification des coordonnées bancaires.
  • Remettez en question les offres non sollicitées de biens ou d'autres aides financières lorsqu'un paiement anticipé des frais est requis. Ne vous sentez pas forcé de prendre une décision qui pourrait nuire à votre œuvre de bienfaisance ou à vos bénéficiaires.
  • Faites confiance à votre instinct. Si quelque chose ne tourne pas rond, laissez tomber. Comme le dit l'adage, si cela semble trop beau pour être vrai… c'est probablement le cas.

Que faire si vous avez été escroqué par une fausse œuvre de bienfaisance ?

Si vous pensez avoir fourni vos coordonnées bancaires à une œuvre de bienfaisance frauduleuse, prenez immédiatement contact avec votre banque ou avec votre institution financière.

Si vous ou votre œuvre de bienfaisance êtes victime de fraude ou de cybercriminalité, vous pouvez également le signaler aux organisations compétentes de votre pays :

Le fait de signaler les escroqueries aux œuvres de bienfaisance permet de mettre en garde les autres utilisateurs contre les escroqueries existantes et permet aux autorités compétentes de suivre les tendances et de mettre fin aux escroqueries dans la mesure du possible. Il est utile d'inclure des détails sur les communications liées à l'escroquerie que vous avez reçues, comme un email ou une capture d'écran. Envisagez également d'utiliser une solution anti-malware pour vous protéger des menaces. Par exemple, la solution Kaspersky Internet Security offre une protection avancée contre les ransomwares et est proposée sur la plupart des systèmes d'exploitation.

Tant qu'il existe des escroqueries aux œuvres de bienfaisance et au coronavirus, il est important de rester vigilant. Cependant, il ne faut pas que la crise vous dissuade de faire des dons à de véritables causes. Les œuvres de bienfaisance accomplissent un travail important, en aidant ceux qui sont le plus dans le besoin. Assurez-vous simplement que vous faites des dons à des organisations légitimes et non à des cybercriminels qui tentent de profiter de la situation.

Articles connexes :

Escroquerie aux œuvres de bienfaisance liées au coronavirus : ce que vous devez savoir et comment vous protéger

Le coronavirus a entraîné une augmentation des escroqueries aux œuvres de bienfaisance, et les fraudeurs cherchent à profiter de la situation. Voici quelques escroqueries au COVID-19 auxquelles il convient de faire attention et la manière de vous en protéger.
Kaspersky Logo