En 2014, d’après un sondage réalisé par la Fédération des consommateurs des États-Unis auprès des agences de protection des consommateurs, les plaintes reçues pour usurpation d’identité étaient celles qui enregistraient la croissance la plus rapide. Malgré la prévalence du problème et les dommages que l’usurpation d’identité peut engendrer, bon nombre de personnes ne savent pas vraiment quoi faire lorsqu’elles en sont victimes. Suivez ce guide étape par étape pour savoir quoi faire en cas d’usurpation d’identité.

What to Do if Your Identity is Stolen

1) Déterminer l’origine

Avant de pouvoir corriger le problème, il est important de connaître l’origine de l’attaque. Si l’usurpation d’identité traditionnelle implique que les criminels « fouillent les poubelles » pour obtenir des informations personnelles, comme les reçus ou les relevés de carte de crédit, les usurpateurs ciblent désormais les services en ligne populaires. Les sites de services bancaires en ligne, les boutiques en ligne et même les sites de rencontre détiennent une grande quantité d’informations sur leurs clients.

Dès lors que vous vous apercevez de l’usurpation (par exemple, si de nouveaux comptes de crédit ont été ouverts à votre nom, si des achats ont été effectués sans votre consentement ou si vos coordonnées auprès d’agences gouvernementales ont été modifiées), réfléchissez à vos activités récentes sur Internet. Avez-vous répondu à des e-mails qui semblaient provenir d’institutions financières prétendant que votre compte était suspendu ou soumis à un examen ? Avez-vous téléchargé des lecteurs de vidéos ou des fichiers multimédia en pièces jointes à des e-mails envoyés par des expéditeurs que vous ne connaissiez pas ? Une boutique en ligne sur laquelle vous effectuez régulièrement des achats a-t-elle récemment été victime d’une cyberattaque ? N’importe laquelle de ces possibilités peut ouvrir la porte au piratage.

Afin de limiter votre risque d’exposition, veillez à toujours vous connecter sur les sites de services bancaires en ligne en disposant d’une connexion sécurisée, ne sauvegardez pas les informations relatives à vos cartes de crédit en ligne et faites attention aux informations que vous fournissez sur les sites de rencontre. Évitez également d’utiliser des comptes liés et des mots de passe similaires afin que les cybercriminels ne puissent pas recueillir vos informations à la chaîne. Il est également indispensable d’exécuter une solution antivirus fiable, car le fait de détecter et de supprimer les logiciels malveillants rend leurs menaces insignifiantes.

2) Commencer à passer des appels

Après avoir constaté l’usurpation, commencez à passer des appels. Commencez par les entreprises concernées par la fraude, par exemple votre banque ou votre émetteur de carte de crédit. Demandez-leur de clôturer ou de geler vos comptes, et modifiez tous vos identifiants et mots de passe. Ensuite, contactez l’un des « trois grands » bureaux de crédit :

Demandez un rapport de crédit et que le statut « alerte à la fraude » soit mentionné sur vos comptes pendant 90 jours. Lorsque que vous avez contacté l’un de ces bureaux, il est dans l’obligation d’en informer les deux autres. Signalez ensuite l’usurpation d’identité auprès de la FTC (Federal Trade Commission) et remplissez une déclaration au commissariat.

3) Protéger vos arrières

En règle générale, les entreprises privées et les agences gouvernementales réagissent rapidement pour vous aider à vous remettre d’aplomb après avoir subi une usurpation d’identité, notamment lorsqu’il s’agit de verrouiller vos comptes ou d’émettre de nouveaux identifiants. Mais une fois la première tempête passée, il est possible que vous subissiez des conséquences à long terme de cette usurpation d’identité : vos données personnelles peuvent être utilisées pour remplir de fausses déclarations fiscales au cours de l’année suivante, voire plusieurs années plus tard. Les cybercriminels peuvent exploiter votre numéro de sécurité sociale pour travailler ailleurs ou contracter de nouveaux crédits qu’ils n’ont pas l’intention de rembourser. De ce fait, il est possible que vous rencontriez des problèmes en matière de crédit ou de financement à l’avenir.

Assurez-vous d’examiner attentivement vos rapports de crédit au-delà de 90 jours, et signalez systématiquement et immédiatement tout ce qui semble frauduleux. Dans certaines situations graves, vous pouvez également demander un nouveau numéro de sécurité sociale. Vous devriez en outre limiter le nombre de services de crédit que vous utilisez afin de réduire les répercussions à long terme de votre usurpation d’identité. Avec seulement une ou deux cartes à faible limite de crédit, toute autre activité sera rapidement signalée comme suspecte.

4) Protéger votre avenir

Lorsque des criminels ont usurpé votre identité et l’ont utilisée pour ouvrir des comptes frauduleux ou réaliser d’importants achats, il est possible que vous rencontriez des difficultés d’ordre juridique. Bien souvent, les entreprises victimes de fraudes signaleront leurs pertes à des agents de recouvrement privés, qui vous contacteront vous et les membres de votre famille afin de récupérer les montants dus au titre de « vos » achats. En juillet 2015, 31 pour cent des plaintes déposées auprès du Bureau de protection des consommateurs de produits financiers concernaient les agents de recouvrement. Bon nombre de ces agents sont agressifs. La FTC recommande d’écrire une lettre expliquant votre situation et d’y joindre toute pièce pertinente (correspondance, dossiers, rapport de crédit et rapport de police).

Certains revendeurs et certaines sociétés de cartes de crédit peuvent essayer de vous tenir responsable des dépenses effectuées à votre nom si vous n’agissez pas assez rapidement après les faits. De ce fait, il est judicieux de contacter les émetteurs de cartes, les banques et les autres agences le plus rapidement possible après avoir détecté un vol ou une usurpation d’identité et de consigner les demandes d’informations, les courriers et les appels téléphoniques pertinents.

En plus de savoir comment et quand réagir, il est important de prendre des mesures préventives : de bonnes habitudes de navigation sur Internet, des solutions de sécurité Internet et antivirus robustes, des mots de passe complexes et un étalement de crédit limité. Et bien que tout cela puisse sembler quelque peu exténuant, savoir quoi faire en cas d’usurpation d’identité, ça paie. Les conseils ci-dessus peuvent réduire les dégâts et vous aider à vous remettre sur pieds.